Keywords

Add keywords

que les vrais patriotes frémissent au fond du coeur

Texte [correction la plus récente par anonyme - Voir les corrections]

que les vrais patriotes frémissent au fond du coeur
en voyant le pacte national audacieusement violé,
et tout l'avenir de nos libertés compromis par d'in-
croyables coups d'état, un mouvement remarquable
s'opère dans l'opinion de la Vendée , et Ia nature de
ce mouvement est tell qu'iI menace d'entrainer le
pays dans la voie que le pouvoir vient lui-même
d'ouvrir avec une si haute imprudence. Déjà , aux
yeux de ceux-là même qu'on appelait Ie juste milieu,
l'état de siège ne suffit plus pour atteindre et arrêter
la chouannerie. Ce ne sont pas seulement des con-
damnations , des exemples, des exécutions a mort
que demande à grands cris une population exaspé-
ée. L'opinion va plus loin , daris ses prévisions : eIle
veut détruire la puissance de la noblesse et elle s'at-

taque à la propriéte ; en un mot , elle demande une
main basse sur les terres, une confiscation générale !
il ne s'agit pas ici de l'opinion du juste-milieu. Déjà
le journal de Maine et Loire et l'Auxiliaire Breton
développent hardiment ces idées, et l'on peut pré-  
dire que bientôt toutes les feuilles de la Vendée
suivront le torrent de ces doctrines révolutionnai-  
res "
Nous avons dû insérer cette lettre : c'est au gou-  
vernement à aviser.
On lit dans l'Echo du Peuple, journal de Poi-
tiers, du 27 juin :
"Un journal de Paris a été fort bien informé en      
parlant de la mission de M. de Ia Roche-Aymon
auprès du 4e régiment de hussards. Depuis que ce  
corps a quitté notre ville , cinq officiers du régiment
de M. de Brack viennent d'être mis a la réforme.
Ce sont MM. de Pressoles, lieutenant
colonel ; de      
Pointis , Baux et de Coucy,' capitaines; et enfin le
lieutenant Germain , sur le point d'obtenir le grade
supérieur. Un autre officier du même corps, le ca-      
pitaine Rambach , vient d'être, sans aucun motif,
envoyé au 1er régiment de chasseurs d'Afrique.
Nous connaissons peu M. de Pressoles qui n'a fait
     
que paraitre dans notre ville ; M. de Pointis passe
pour un excellent officier ; quant à MM. Baux et  
Rambach , ces deux anciens militaires , aussi braves
que patriotes , avaient su conquérir l'estime de leur
corps et Ia considération de tous ceux qui les con-
aissaient.
ils sont bons pères de famille, bons citoyens
et sans fortune ; il n'est donc pas étonnant qu'ils
aient démérité es hommes du 13 mars.
. —On lit dans la même feuille :
,, Nos lecteurs se rappellent que la cour de Poi-
tiers avait ordonné, il y a deux mois environ, qu'il  
serait informé sur la conduite et les propos de M.
Arnault de Guénivault , président du tribunal de
Fontenay , à I'occasion du fameux procès politique
qui a conduit M. Berryer dans cette petite ville de
la Vendée.  
"M. Vincent Molinière, président de chambre,  
délégué, s'est transporté sur les lieux pour recueillir      
des renseignements, et , avant-hier a fait son    
'rapport a
la chambre du conseil , en assemblée gé-
nérale, M. Arnault de Guénivault appelé et présent.
Le rapporteur , à défaut de renseignement précis, a
soumis à la cour les faits dégagés de leur gravité  
première, mais chargeant encore le magistrat au-  
quel étaient imputés. La discussion s'est engagée  
en deux camps. La partie libérale a voté la répri-
mande, mais le côté légitimiste qui se trouve grâce
au bon M. Dupin , et au grand scandale de tous les
honnêtes gens, réunir une majorité fidèle, a ren-
     
Voyé le digne président
qu'elle a pas manqué de    
trouver blanc comme neige  
— On écrit de Perpignan, 22 juin: .

"On répand Ie bruit que des :cris de vive la France ! Vive la
liberté se sont font entendre a Saragosse. On    
encore que les prêtres portugais se réfugient en    
 
en grand nombre en Espagne , par suite d'une insurrec-
tion générale du Portugal contre don Miguel.
Le prisonnier de la Cerdagne, que les journaux
 
disent être un des fils de M. Bourmont est un  
sieur Malastric, ancien élève de l'école de Saumur,      
renvoyé après jugement pour conspiration et des-
tiné
au 1er régiment d'Afrique. Après avoir été jugé
pour voies de fait envers les agens de la force armée,
il passera au conseil de guerre comme prévenu
de désertion
 
(Journal de Paris).    
II
,i-. ait pane d'iin i)tttuUent léger sons . pa-
viiloti ang jais ,
_ euvo yd dans ' l'Escaut pour y recon-
mialtre les
.. passes ; void ce. qu on ecflt tie Flessingue •.- , .,.
cesuJe(:
.;IlJjtteranglaisqui avaità bordplusieurs pilotes,
pOrtait le pavilion de sa nation
, a pant le 10
LLi floti e 14 d
(1 • B ien quo cc soi L I usage des Anglais
de ;nmi aIn1 de temns en tents sonder les houct;es •
JoLU: piendre note des cimangeinens qui
act Operes :
, it paralt que , dansles circonstances
eii es, on a cru
iUQ devoir se forier une autre oi-
des i • , I
a m' flotlis L I ieI apparition tie cc naire car it
iU ,
Lorcjre deprendrelelai.ge n •
Lal FranceNouPe11tnousapprendquo M. Hyde
de ~
11 £ieUvilie a Obtenu depuii quatre jours la per-
,oi de retourner a
hotel , on it est sum' pa-
P itt,, 1 OUsvoyollsdatis la Qttosidiennc que de
allies et Brian omit obtenu des fl-iaisons de 1IM,
5511
tu:':'- enhmn jj de ChALeau[)rjand restc a La préfee-
Pol i ce,
.:;: et jie 5')' trouve pas trop maitmaité.
IIOUS lie SQiflifles pas
1'6 • ' fachés des égards quo
lie ar Ces ifleSSjemmis du pai't'i légitimniste ma'is
P0tltramt_011 as faire aussi quelque chose ;
'ci; pour
du jam'ti co ntinue , qui ne jonissenti
Pas OUS 4 tine exceilente
sauté ?

L3 iOtrnaux1nmujs,je1s denmandvjit to ms

peet pour les arréts de Ia justice. Void comment tence dii cnsei1 de guerre im'a pas pu&re
S expmime , sum 1 am ret de Ia cour d assises de Riotn ,
un journal miwsteiiel , leCourrier de Lyon:
a , iet de la cout d issmse,deRiomn , darn, I aff.ure 29 jumn
I r
des eencuiens de noemnbme , est, contrite Ic dit Ic
Pairuie , iimerooiable systehne de defense ,
tiondonueanx debats , piaidoyr de l'avocat-g&-
néral quête lute par Ic jury en faveur de certàins
,
accuses , tout est , en effet , extraordin3ire ,
par Ic tents qui court. Cependant no tthponvons citer
Un antiudetit jusqu 4 nfl certain point de Ia mneme
nature. Tm'estaillons ,d'liorm'ible mnéunoire , avaiL éé
défémé a la cour d'assises de Riomn ; cue 1'acquitta
-.-'-----ss.—

Afficher/Cacher

Afficher/Cacher