Keywords

Add keywords

8ECTCLIS.

Texte [correction la plus récente par anonyme - Voir les corrections]

8ECTCLIS.
THEATRE DES ARTS.
-
TtTIJFFE, . LE LEGS. Debuts de M. VALjwORE et de
mademoiselle ANTONINE.
De,nis quelque tems , Ia comtdie a titli fort neg1ige i
EQUCn. Je sais bienqu'avec les modification, quisa soutoprées
dans le got du public, ii est impossible de compter beau-
¶oup SUr la conadie pour des recettes abondantes. Mais , it en
veer par l'effet, pee produisent lea boos ourages quand us
aunt inoutds avec soun , et eju'ils nc paraissent pies trop souvent
sear Pafliche , la direction fera bicee de ne pas ndgIior on rei-
pertoire qui , habileinent entretr u thi avc.ce1ui de ropera et du
vaudeville , permettra de varier les .spectacles et d'accorder
aux chanteurs le tema et le re 1)us wcessaires pour cc livrer a
dt nouvelles itudes.
M. Valmore, qui paraissait hier pour la première fois à  
Rouen dans l'emploi des premiers rôles, porte un nom connu
au théâtre. Il n'est pas difficile de s'apercevoir qu'iI possède
une grande entente de la scène, de I'aplomb, de l'aisance, et,      
ce qui et plus précieux encore, qu'il comprend bien et dit
ses rôles. Quoiqu'il ne soit plus de la première jeunesse, son  
physique n'est pas trop marqué, et je crois qu'il ne remplira
pas d'une manière déplacée des rôles tels que celui de Ri-
chard Darlington, où l'âge du personnage est indiqué. Mal-      
heureusement l'organe de M. Valmore est sourd et voilé, et  
d'un timbre peu agréable ; peut-être ce défaut, indépendant  
du talent de l'acteur, sera-t-il moins sensible dans des rôles          
plus en dehors que ceux de Tartuffe et du Marquis.
M' 11 ' Antonine a toutcs irs qualits d'ine excellente sou-
brette : figure évei1Ie , eriE vii , nez i Ia Roxelane , propos
d 6 cidii sans effronterie • diction juste et nette , aurtout quand
ella ne vent pas trap, se presser. d'arriver ii Ia fin d'une ti-
rade , tellers sont les cjuahtes qu'on a remarquées enIk , at
psi ont etd applandies sans acitre opposition (lU4i qeielqnes
chest , temoiguage de la stivititli at de la reserve de notre
peblic.
M. A l exandre remphesait , sans debuts, Ic jul1 róle de
Valére. Ii l'a dbit avec intelligence; mais ii otait facile de
s'apercevOir qtsil no conserve pas eons 11aabit franoatis la
rime aisauce quo 80519 le frac inpderne. Ses gests etaient
trop multiplies, It son allure n'asait rico d'un hQnune do
cour. All ,restc , pareWe critique pourrait Atre adresse ii
tons les je000s gens qui einbrasseset aujourd'hui Is cairre
dramatique. P1u3 On Ira, et plus ha seront gnés dana an
costume qui West plus de mode qu'au thaatre , on sur lee tr-
teatx do la cour .
Noublions pas de montionner M 11 ' LaineIet , qui sest
mcstrée charanante dam le petit r6Ie de Maiaue, et M Si-
monet ,qui, apds avoir rempli avec beaucoup do dccence
Semi d'Etmire, it donne an personoage de la Comtesse on Ca-
chet do fine,4se et 1e bontli tout a-la-lois , qui eat parfaite-
mnt dana l'esprit cltt r6Ie.
En résume , lee no tivelles acquisitions do noire troupe do-
mique, que dej je considère,comrnc adnives par Ic public, pa-
raissent devoir coniplter we eusenable des plus satisfaisans
ceat an directeur a eavoir on tirer patti.
A propos ! on spectateur recalcitrant seat avis;6 de aiffler
,line Nadèje dane flfichc1 of Christine. Inutile de dire que
Funanimitedu public a Yeng, parses applaudiasemens, ceUe
charrsaute actaice d'uu parcil acts do rigucur.

Afficher/Cacher

Afficher/Cacher