Keywords

Add keywords

C1JR&GE IJE TIOREC ET Jm'AUJSETTE.

C1JR&GE IJE TIOREC ET Jm'AUJSETTE.
Ass Rédacteur.
, Rouen, 22 wars 5836.
Monsieur,
M. Ic prélet s'occupe en ce moment de la rédacion
d'art réglement sut Ia police ties riviisres do Robec et
(I'AIIbIte, et fie douner sa sauion an eahier 1s rharg
d3 I'adjudication (IC curngos, qui doit itro incmsatnhr5,;I
faile pour six annécs. C'est La tine question d'uii bien
puis.smst intêrtpour les nombreux propritaircs d'usines
êtabties stir es d ceo rivières, et je vous prie da m'aidcr
a indiquer a M. Ic prsfet sine amIioration inmportante.
Jo CroisqUe Ic réglernent dont ils'agit devrait prescrire
a cheque détenteur d'usinc de lever, lors des enrages par
aralammi, toutes ses vanues de cimismagecid'avaric.s , afin
de meltre to l)ieZ on bassin to plus bin possible, all mo-
ment oil les ouvriers cureurs passent du dessus d'umie usine
au-dessoiis. Car, taft pie les caux resteront a In hauteur
des repaire5 , IS ouvriei's no pourront sravailter conve-
nahlemfnt, et Im enrages scront imt faits. Le change-
meni queje soflicila est, an surplus, tout-S-fait coimlorme
III i'e;I)rit d'uu arréW préferlorat, en date du B février i so t.
Uri mot encore. Le nouveau caller de charges doit im-
poser h 'adjmidicalaire I'oblãgation de curcrchaque rivière
dans Ic ilélai de quinze jonrs. Cc délai West-ii pas bien
bug? Evidemment oni ; car ilcsttriss-possible, en inettant
a
nfl plus grand nomnbre d'ouvriers t'tnvre, de faire cha-
curl des enrages on limit jours?
Enfin , no sersmit-iI ,as possible aisi de faire eoinejder
l'o file des cilruges pour In viuc sic I)arnmIaI avee celle
des curage poir Ill Ville de Rmton? Do cette matiière if
I
in V auralt point interruption ,ks travaux s'raient plus
ut!em nt rails, et I'état des mivièmes no pnmrrait qu'y
gag;
V&Ih, Monsieur, do 06-courtes rfl1xios 1,jisent to
fruitde l''péritiee, et j'cspère de votre aiuiuur pour to
bipu; pa ii slan vous voudrcz bien les pubier.
J'di 1'Imo.mueur, etc. , Dant.yfits ainê.

CharnI)re DóI)U de i 8-W (At. Thiers. 11 s'cst pris tout-a-coup d'imc
(1CS touchant.e pitid pour les rentiers que In mesure domi )
PaESIUE5CE DE 156. I3UPIN. atteindre, mais it a oubliC qn'ily a aussiuIansl'dtatd'autrc
it
Séance d'hicr22mars. classes qui sonifrent. Ic vois partout des douleurs ; 11€
doit point 3' avoir de priviklges pour les renders, et its nc
A mine henre et un quart, la stance est onverte. Le
sauraicnt crier ii l'injustice quand l'dtat los assimule am
nroeiss- verbal, Imi devant MM. Lattitte , Dupont (de autres coutribuables. On pent opposer a M. leprCsident
L'Eure), Smtverte, Oclilon Barrot et Petoti, est adopt.
do comiseil tin document plus dCcisif qmie ses chmllres, c eSt
NEW d'Arp-out. Sauzet et Thiers montzt;t suecessivc-
Ie compte-rendu do M. me cointe de Chabrol en i8ati. II
uncut an fautcuil du priident. Un grand isombre do d-
y Ctablit quo 14,000 rentiers sent portCs an grand-Livrc
[)ttèSSe foist inscrire. tour 75,000,000 et flue la mnoycone est 5,000 fr. dc
,
Les tribunes sont beauseoup moms garnies qu'hier. A remites : pour to reste, les dtablissemcns publics sont inscrits
dcuix heures, Ia chambre est assex iionhl)reulse et surtout
pour mnoilié et les petits rentiers possédaient seulemeni
,
très-agite. On formne groupe autouir de Al. Lstlitte. On y 25,000,000. Depuiscinq ans, Messieurs, Lea contribuables
remarque MM. FiIz Jani-s, Hi'nnequiu ci l)tigabè.
vous out parlC aussi de leurs charges : ics laboureurs s
dposeist
MM. MtIsLI'5 (de I'Avcyron) et MANGSN-D't)INS plaignent; mais àceux-Um, sur quipesentatisside silourds
los rapporta do phmsienrsIois d'intmrt local. oil rCond que les rCcolles sent Un bienfait de In
in. dpose to rapport de la commission char- imlJ&uts
LIAI)1ERLS Providence. En s'Crité , Messieurs les roles mci sue scm-
, ,
gee d'examiner Ic projet tie lei portant deinamurle d'sin blent changes ; depuis Cinq ens, nous ne cessosis nOus,
erdiL supplêmnentasre pour Ic Musdum d'histomre natu- ,
1c réclamner contre des impôts onCreux pour les classes
!.!1e.
auvres celui du set etc. et devant an justes plamntes
L'ordrc du jour est suite do La discussion de In pro- , , ,
La oil laissa ouvertes parce qn'elles produisent six millions,
,
position de M. Guilin sur la r&Itmctiomm des rentes. maisons oü vont s'en1outir taut de fortunes partiuu-
La parole çst is M. Laflitte (mnouvemens divers. Les ch- cs
iiisres. (interruption.) Ou est la moralitC du pouvoir
putés et Jes nsiuistres qui utaient daums Ia salle des conf& (Nouvelle interruption.)
rences s'empressent do regaguer fears places. Al. Laffitte .
Tout cola a souvent dCnoncC devant votre justice.
monte is la tribune et attend que chacunsoit a son bane.)
Est-ce q?me jamais IIIsensibilitis du pouvoir s'esL dvcitiCe
1I. LAFFITTE (profond silence) : Membre do La coin- sievant ces doufeurs? Non ; avec une froide impassmbihtC,
mission que vous avez charge d'examiimer la proposition
Oil s'est retranché devant les exigences du trésor. Faut-il
de notro honorable coflisgiie M. Gouin, j'ai on to regret done Ore absolumcnt rentier, pour avoir droit amix sym-
de me trouver en dessentiunent avec Ia inaioritd de ses
pathies du posivoir ? (Mouvement.) Ixaminons ha situation
rneinbrcs. Jo (LOiS a Ia confmancedont vous rn'avez investi
de nos finances pour voir s'iL nous est possible d'Ctre
,
do vous exposer les motifs qui Wont fast persister dans óriCreux aux dépens des contribuables. Je rappehlerai
je n'ai Pu faire prdvaloir.
lisle OpiflOfl quo 1831. Depuiscette ispoque, tout en nous berçant d'es-
Sflr le droit, La légalité, In justice du remboursement oir de paix et de dCsarnsemnent to cabinet a dCpensd six
quand lea positions tinanciisres permetlent de I'cfTecLuer, ii ,
ents millions pour mnaiistenir cot CLat ! (Mouvement)
n'e8t guère qu'une opinion dens cette chambre pour la 11 Wen aurait pas coistd davantage a la France pour
negative, CL J0 ne crok pas qu'iI pourrait Won reneontrer
avoir La limnite du Rhin (mouvement), et pour faire res-
deux. ( I1. do Lamartine satue. ) Les variations minisk• ecter en Italic at on Pologne to prineipe tie non-inter-
rieltes n'ormt aucunc influence sur ces questions, et M. Ic
vention! (Approbation marquee a gauche. Interrup-
président dii consdt est venu vous dtclarer quo l'anciem; ... -
lion aux centres. Vive agitation. Was murmurez,
cabinet dtait unanime, coramne le nouveau, pour to recon- - )
Messieurs, et cependant cette politique, vous l'avez
naitre. ,
:mdoptde et maintenue avec enthousiasme apriss In rdvo-
Le rapport de In commission, par son êtendtie, par si lution de juillet! (Nouvelle interruption. Al. Laffitte re-
togique, me, dispense de vous parlor du droitqu'a !'étaI
piste sa phrase et ajoute : ) Et faire cesser les doutes qui,
(10 remnbourser, et de dégager, pour l'avenir, Ic contri- *eIon Ic prdsident do l'ancien conseil planent encore stir
huahie des charges cjui PèSeItt stir liii. S'il y avaiL disseisti- ,
Ic sons des traitCs do 1815. (Mouvement.) M. Duchistel
ment, it inc semble qu'imn devoir social, quand it est pro-
vous a signatC lea progrès de nos finances par I'ahaisse-
clam, dolt Aire exdeutu, Ct qU'Ofl Wit pas to droit Won ,
inent de 135,000,000, L 68,000,000, de notre dette flot-
ajourner la discussion : cc drolL doit dire exercó dans
(ante de 1833 ii 1834; mais on a obtenu ce résul-
toute son flendue.
tat dimisivaiit l'amortisscmcnt do 40,000,000, on
Après avoir attachd cii
attach men nom aux diverses phases do faisantpasser adroitement 5,000,000 du budget de
credit, je regrette, Messieurs, do ne pouvoir. i'attacher
do 1830 a eclat de 1834, et on glissant he reste dans cc
encore aux couc'usions qu'on voLts a prdsent.ées an nom
jile I'on appelle to budget annexe trouvaille faito depuis
de votre commission. Mes antécddens m'ordonnent do ,
1830 et qui constitue votre deficit de 1834. Cc deficit
vous faire connaitre comment, do men côtd , j'envisage la ,
mist tie 5o,000,000 : celui de 1835 s'élève an mCme chif-
question qui vous est soumise. Je viens comnbaltre I'ajour- Ire; celui de 1836 est Ic mnème, et je n'y comprends pas
nement et Ics conclusions de votre commission, qui pense
20,000,000 de credits supplémnent.aircs auxquels d'autres
,
qu'iI est avantageux , pour I'exseution de In mesure et viendront nCcessairement so joindre. (Mouvement.)
son accomplissement , que Ic ministére soit juge d
F Vous aliez avoir des sonunes It voter pour les chemnins
l'opportunitd du moment oh it faudra executer In mesure.
de for.-, it va falloir payer Ics 30 millions do La crCance
Tolle &ait votre situation an 5 Wrier, et cependant III
amCricaine Ct I'emprunt grec. Et tandis que vous payez cc
chambre n'a pas reculé devant l'initiative de cette mesnre.
lisle vous devez et cc que vous no devez pas I'étranger
Comment se fait-il donequo Yon vous propose aujour_ ,
u'est pas a votre Cçard aussi seruputeux. L'Espagne vous
d'bui d'ajourner, , et que I'on vous pane de concessions
tloit ct no vous pame pas. (Une voix : Alors c est comnme
mutueltes a faire? Qu'avez-vons gagnd an changement de
Si cite no nous devait rien.) Quant a vos imnpôts, cclui des
cabinet, changememit effectilds par votre vote du 6 fdvricr?
mnaisons de len me parait hien difficile a continuer, aprés
Jo vis, dens les discours mninistériels, une grande reserve,
la suppression de ccliii de la loterie. Ccliii des snores
flue crainte do circonstances graves, et cc doit Ctre une
toactie aussi a ma fin devauit les progrès merveilteux de
,
raison pour vous de vous tenir en garde couutre les con- notre sucre indigène. Je ne vois pas comment nous serions
cessions êlastiques quo I'on vous demande. Depuis trois
plus mnalbeureux queJa restauration qul Si une settle
Ems, on vous promet uno grande reduction dam nos , ,
suinC;' prs a vu ses revenus toujours s'accroitre. Si vous
forces militaires et I'organisation d'une reserve ; depuis ,
rCdiiisez Los impôts qul exigent des dépenses vous trou-.
troisans, on vouis promet la reduction des rentes ; et, d- ,
verezquelc rcvenudCpassecelui tie 1829, de cinq millions
vant tows ces benefices promnis , on recule encore! Jo ne
,ulement ; it est vrai pie 'on a ddgrevC les boissons de
:,( .,
mets as en doute la bonne foi de M. Ic prCsident du vingt-cinq millions : maist'imiiôtmobitier, personnel, des
conseil (on nit) , mais encore est-il pertnis de croire pi'il
portes et.fenêtres, a Ctá ClevC a mine augmentation Cgale.
est impossible, après avoir combattu uno mesure , de In Vingt millions en Sept annCcs Messieurs est-ce lit tin
, ,
dCfendre avec Ia même franchise, et qu'on no eliangepas progrès, quan(1 In nation s'estaugmcntCe d'nn million de
d' opinion en clmangeant de portefeullie. ( Mouvemnent.)
oroducteurs et do consomateurs ? La restauratious n'avait
Quand on pout esperer dans to prCscnt, it no taut pas pus imagine cette We ingCnieuso d'un bud get, annexe,
renvoyer a l'aveniip car noits avons to present, et I'avouir
sorte d'iiivcntionqui se prCte avec tine merveitlemise CIas- '
n'appartient a personae. Personae ise peut admeure avec
IICSLC is tout cc qu'on mi demande. It ne faut pas 'Ctre
bo nise Ioi la promesse que I'on nous fait, qimand on on-
dihilcife, quiand on voit do tels rdsultats, pour y trouver
veloppe celte promesse d'aussi graves restrictions. Cc
l'apotogie dii gouvernement actuel. La revolution (IC
H'CSL pas assez de vouloir rCdwre to 5 Ii 4 1/2. L'ajotir-
j;u iItet. a prodnit so,000,00n d'Cconomie sur In lisle civite,
nemnerut piw et simple, tel quo le voulait I'ancieri cabi-
la maison militaire etc. Voutez-vous done quo I'on disc
,
net, était prCfdrabte , car it n'emlgageait pas l'avenir; et Pm cette revolution est incapable de réaliser cc pie In
comme les cabinets no sent pas kernels, it nous restait
restauration Ctait an momnemit dc faire lors do sa chute?
au moms l'espoir d'obtenir plus tard, avec an autre ca-
binet, cc que cclui-ei nous refusait. Momis'cment. Les raisons d'ajournement Wont aucune
vale-mr ; cc ne sont pas là les promesses do la charte de ( )
Messieurs , votre vote du 6 février im'aurait-it done ré-
solu qn'umnequestion de porteleniltes? (Mouvement. ) Se- 1930. (Cue voix : On n'y I)CBSC plus!)
Si Iaconversion doit vous donner un bénCfice de vingt-
Ion I honorable M. Passy, l'opCration Ctait faisahle a
. sq millions, Piujotirner d'une annCe, c'estjeter vimigt-ciuq
l'ouvcrture de Ia session; I'opportuuitd dtait une ques- eS
tion qu'iI faltait (carter; car, pour lesesprils tiunides, cIte omlimons thins ha rivière. (Mouvenmeut.) Jo no compren-
Irais pas I'ajournement tel quo votro comm ssion to pro-
uie Sc prCsemiterait jamais. H votis conjurait de no pas i
su!smndonner los esprits If tine dangereuise incertitude. Eli )O'e. L'ajotmfnement de votre discussion West ni damn
Ilion! Messieurs, I opportunitC inc seinbtc arrivCe, comnme voire rCglement, ni dans nos précédens parlememitaires. Je
demande S In ctiainbre III permission d'ajouter quetques
cIte to paraissait S 1%!. Passy, quand it n'était(ISICsimple
i)l'Servalions stir ics mesures a prenctre dims Ic cas oü cite
dCputd , CL quand it n'Ctait pas encore uministre. II rant ,
vntcrait Ic principe. Le ministère aposC, comme concession
(life lc:; raisons qn'avaient les anciens ministres , pour
iuix votsntés de La chambre In reduction d'un dixiisme
refuser, , SOjetit bien concluantes , puisqu'elles ont con- ,
In rente. Cc serait line composition
vaincu tours adversaires , (Iepuis quo t'ancien cabinet a slur , et I'd at ne petit
pas composer. La concession do dixième est mìUlle et
Oliver[ sa succession an profit des hommes actuels. (On
nt.) C'est parce quo le rachat était impossible quo la loi iamsserait to rcntier darn l'incertit,ide, si de graves événe-
incus venament It
de 1535 a donué a l'amortissernent un droit transitoire so presenter. La premiere condition de la
CL Va maintenu on laissant an ministère des finances to iriesmire doit. Ctrc l'immohilitC de la vateuir.
1cm, Al Laflitte dCveloppa son plan
droit de le continuer seloim les circonstances. La dette . , qni consisteroit ii
cieer (105 3 I et des a
flottante a dtd rdduitc is desproportions faibles , on Cgard it des taux diiTCrens. Cette partic
tosito
a I'ahondance des capitaumx. Bile mtabIit et maintient eutrc t r efulique , Cchappe Is notre attention quelquc
rsndc mimetic suit, et ,
to trC,or ct log capulalistes urns assistance rfl;itueile tie minus no pouvons suivre l'houorahle
confiance et de garantie qu'iI no faut pas affaiblir. En .jsuite aim milieu des chilires qu'iI entasse, avec l'auitoritC
T' Itti doniment son talent incontestable et sa long ue cx-
15a5 Von!;avez réduit la det'e llouante de cinquantc
, 1)éricnce.
millions; leg placemens des caisses d'Cpargnes vous out -
Al. Lallitte terinine en ces termes : Hier
iloniud unit millions leg communes vingt etc.; Ic muon- M. he prCsi-
, , ,
taut d. la detie flottante est descendu is soixantc millions. iI°nL do conseil a fait La critique des opinions absolues
\rOIlS avez repoussé do trCsor des capitanx ahondans Messicuis, je dois prendre nsa part. decette critique, car
, et
vous avez refuse- des houss royaimx is quand vous inn opinions oust toujours etC absolues. Après les CvCne.
, de 18 is qimand personae
payez i mix rentiers. Si vous .attendez, vous serex damn Ifl ,, flS , no croyait possible de
l'embarras! IL fauui done accepter ks offres, et les cm- rire Ilmdtcr all gouverriement deux cents millions, exceptC
k's gens absotues ( on nit)
ployer an rachat des dettes onCreuses. :huIX l(ICCS , ces gem out procure
ilcux in!tiIards a
N'est-il pas temus Messieurs après tic si grands sacri- hi France ! (Mouvemcñt.) En 181 je
, , aiscrivis encore ,
Ii es subs depuis viugi ans arec tant de courage par les , pour allCger Ics charges de I'Ciat. Au-
,
ccntribuablcs, qn'ils recueillentenfin unejusteindemnnitd, imird'Iwi, nit milieu tie la prosjsCritC matérietle (Iii pays,
!W
, ! to budget soiL dégagé d'uuc paulo de se charges? - to prCsiient dim coimiseil vous dit qiw, si L'intCrCt it
1)1115 A it II't'st
el I ()um doute qu'avec 84 millions d'amortissement agiss:mnt ,, pas encore Ii 4 : it ajoult, qui'ii redote
p o ur nos Imnancés
suir liii to b 0/0 ii'.iit du dLtasser promptenent to pair , leg embau ras du mcmbotirsejaeiit. E;
, , Angleterre I mntCrCt est a 3
et alors quo devient t'ainoi tissement ? Nous demnandons , ii. Los fonds dtrangers no
ionnent que 3, 3 1/2 et 4 an plus. Les hypotliéques ne
au président du consehl de d(gagcr le ministère des pro- ,
messes qu'a faites is cetto tribune to rapporteur du budget nipportent pas 4; mais en revanche cc geurede placement
rourmille do procés (on nit)! et votre trésor, qui offrc pour

no ti&J
rCpondans tons tes contribuables du royanme ,
verait Pas a 4 ! Celli objection West pas sdrieuse !
doit to Ioyer du capital qu'ort lui prete ! 11 no dolt pas de
prim'e, et to mnaintien du taux ClevC de la rcnte, c'cst ulle
prime ! It no doit pas payer plus cher quo les capitaIiste,
chez tesquels on no pout placer qmi'à 3 1/2 on A 4 1 Jo vote
pour un nouveau renvol it la commission, auin qu'elle cxi.
mine nettenient ha question, et je repousse I'ajournement
qui votis est propose! Trés-bien!)
(
Cc discours est suivi d'une tongue agitation , et a prodiiit
Ii plus vive impression. Mal-t-6 Ic bruit (1U'Oilt essayd d
chant faire quelques mnembres on toussaut se mouchant era-
, ,
tactique.usdc la chansisre a 10t6tine attenti n
, , o
sotitenuc auc laboriemises re!umcms do l'honOtdbke Ill,
Laflitte ; àson retour IN son bane II a CLC entouré
,
; collisgues
tél par un grand i-sombre de se . , qui Pont ffl:
cite avec chateur et corciahiiC. Al. to comte d'Argouit
dcnlande la parole et quand to Silence est rdtabli le
, ,
ministre s'exprimne en costermes
M. D'ARtIOUT : Le prdopinant a parcouru une cercle si
immense, qu'il m'est impossible do Jo suivre dans toulci
Ics considerations qu'il a prdsentées ; j'essaierai cependant
de traitor In sommnitC des questions qu'it a soulevées.
Jo diviserai ma rCponse on deux parties, arm d'être
plus clair et plus précis.
La premiere consistera dans l'examen de Ia situation de
nos finances; la seconde dans l'examen de La question dcil
remfles.
. S
Permettez-moi d'abord de repousser les allegations qi;,
tendent a faire croireque he gouvernement a désertC ie
iritCrCtx du trdsor et des contribuabies. Messieurs ee
.
intdrCts Wont pas etC plus bbandonnCs par Ic minème
actuel qu'its mae I'ont CLC par cetui qul nous it prdcéds et
Laffitte a fit partie. En effel 1
memo par celui dent M .
mrs de cc dernier ministére, beaucoup de voix so SOnt
dlevCes pour demander l'abolition do t'iinpôt des boissoni
et du set, et cepeedant bien quo la chambre fftt aussi sen-
sible quo M. Laflhlte Ii l'intCrét des cositribuables M.
,
Laffitte a dCclarC quo tonics reductions d'imnpóts serait
une operation ruineuse et bouleverserait nos finances.
Noss sommnes de son avis et je demanderai s'il serait
,
possible quo la machine gouvernenscntale marchist si ['on
supprimnait tons les impôts. Aliens done ! M. Lafihite
Isausse los Cpaulcs en riant. (
)
M. D'4tRqOtJT s'attache is démontrer que l'Ckt de to
finances West point tot que l'a )rCsentC Al. Laffitte
dit-iI est tombC dans une foul
L'honorablc depute , ,
derreurs. Depuis 1829 jusqu'à 1835 it y a en umi és-
,
cCdant de 889 millions; inais R-dessus it fain déduire
88 millions . pour les dépcnses extraordinaires de 189 et
tie 130; reste 800 millions : cette somnmne a-t-elIe étd
tIupensCe sans profit? Non sans doute nOUS avons en
, ,
t'entretien du materiel de guerre, la dépense potirl'acl;eve-
isicilt des,canauxetdcs monumens do ha capitale, l'arnie-
uncut des gardes nationales, leg travaux du genie et des
fortifications ; je vous Ic demande , sont - ce là des dii-
penses imitiles et sans profit?
. Lalfitte voulu Ctablir qn'un deficit do 57 millions M
nous menace pour 1837 ; j'oSe dire qu'en faisant ha pan
targeaux l)niivssions ccttesupposition tie sejustifiera
Los impôts indirects augmnentent tons les jours , et cette
,
augmentation progressive sera aussi considerable en 183 6
4tu'eIIo l'a iitC on 1835. Ne croyez done pas quo nos II-
imances Soient clans un Ctat aussi fischcux que cdt;t qilofl
vouls a dCpeint. Lo gouvernement dolt faire tout son pos- -
siblie sans douse pour réaliser des Cconomies mais it deit
,
Ls faire avec prudence et maturitC. Jo vais mnaintenant
eritrer dans La grande question de conversion.
-
i.e prCopinant it vu queiques chose do touche dans les
4
*clat•ations do M. to prisideiit du conscil et do M. in!-
flistre dUi commerce. N ous dCclarons que dans to eo!lrS
,
tIe Ia session prochainc noun préseiuterons un projet
,
mb conversion. Nous notis regardons tons cormne huii,
comnie engages par cette promnesse. Le prCopinant s'f
traio de cette restriction apportiie et qui a consistii Li dire
qiie, s'il survenait des circons.ances exiraordi naires, Ia con-
version n'aurait pas lieu. (Agitation.) Ces eircoustanCC ,
tie Ics prCvoyons pas isous n'y croyons pis; umil
, tons ,
enlin, si dIes survenalent (ah ! nousy voilà ! agitation) ; 5I
cites survenaicut rCpcte Al. d'Argout la chambre n
, ,
voudrait pas clue nous engagions to trdsor damis Line iii
faire (JUi pounrait Ctre nuiisible is l'dtat. (tiumneurs.) Efl
(:')re une Nis nous tie privoyons
, pas Los circonstamlcc$
nails n'y croyons pas ; mais, Si dies SC prisentaient, it iiOtO
1utidrait leg subir avec Ic moms tie (lCsavantage possib le
vomit Ic trCsor et tes contriburbles. En vain vous a-t-on dit
It no fallait, pas ajonruer tin devoir. S; Messieurs .1 ( Oh!
,
t ! Si Messieurs ' ! si ! 11 faut l'ajourner qusand l'aceflm
plissement de cc devoir peat entrainer is de ) fisctit1SCS C
terribles consequences.
M. D'AISGOIJT analyse ici avec de longs details to sysLè!,t
diivoloppé par M Lallitte. Le plus grave incoavCnieflt p1 It
.
prsentehson avis, estd'êtreimpraticablc. It soutéve de
ditileuttCs Cnornics, des difficultCs telics, quo tout to reste
de la session no suilIrait pas pour l'exammner. La comhl
IS
liaiSon est insolite en fait de rente. Si I'oii veut gagIl('i
contiance des rentiers, it faint admettee ies eo mbuiaiS0 . s I!)'
pIlls sinuples,Ies plus faciles a saisir, celles qum lilSPi11
to plus do séeuritC. Les crm[)itaux français lie niantjueraU!I
Jo
pasdese placer antre part. Lescapitaux Ctrarigors. ..
tends ?as, dit M d'argout on s'interrompant, cc qua in Ci)
.
jecto I honorable M. Laflutte.
. .
Sr.LAFFITTE : J'ai beaucoup a dire, beaucoup, mass$
dit.
Wai non -
I5'AROOUT continue acombaitre avec des chiflrCS les
M. ,.
citations, les rapprochemens, to système de M. Lafllttt
ii patle tl'essais senlblablcs fails par I'Autriche et qu
s'cst vu forcii d'interrompre. lAS pltipart des portm1S
I). do l'Autrielie, non convertis, sontpILltOt diSp0
. 010
is recevoir hour rcmnboursement pie Ic nouveau fends 1
y a plus, los porteurs du nouveau fonds ant CprouVti beat "
COUP do peine a s'en dCfaire, is les placer. iti P0tm' 5 .
encore vow citer des exeaiptes pris damn la Frii, a
l'Angleterre, mats je crams de fatiguer l'attoiIttOfl de
chambre. (A gauche : Non ! non ! parlez !)
de tOri
M. WARGOtIT fait ici l'CnhlmtlratiOil, l'additmOfl
h's ressourees all milieu (Jesqulelles it SC rassnire d, uiS a
n'
pi'(VISiOiI duremboursemeist. La dette Ilottante, 1
Iui.i
tissemeust los caises d'Cpargnes la banque IiJ
, ,
05 moms do Iwo millions en espcclative qtii ser ua , 5
merveilleusensent an remboursemént, Ic cas ech6afll:4
' llos
141 cc qui Lilt la sécuritC du gouvernemnent Cr0y( '
paroles,.diten terminant lemninistre; tiousy ticuidr0t
te-5u'
y serotis Iit]ètes, noussommes d'honnctosgenS
t Longs Celats do rices. 1oiis u'avous jamaiS IflIt1Ø5
flotre Parole. ( L'tiilaritd redouble. ) Nous tmenu IOi : 11 e
engagemens, et imoils vous demnamudons avec ) COn I
d'itdopter t'ajournement. re; Appuvtt J PPLIY It
( Ali cent
M. LAFFIrm : Jé ckqnaüde its parole. S1uitmt1, us
( les c3ICU1S
centre. Je crois no mn'Ctre pas tronipC sur
) all Wor
I til SOumis it lit chambre, je Los ai Ctabtis apr05

Afficher/Cacher

Afficher/Cacher