Keywords

Add keywords

c'cst ciue , malgre sa fortune et sn emplois , M. Ftejzet est

c'cst ciue , malgre sa fortune et sn emplois , M. Ftejzet est
Far ordonnance do Sa Majestd en date du 2 fu-
mort de douleur. ,
II. Louis-Edouard FOUQUIE ancien
Vaineinent, it voulut 'raincre par le travail sea longues in- yrier pi'sent mois , ,
notaire a Rouen et Mono
somnies ; toujours Un souvenir tiloichirant, cetui (in sa uuile principal clerc de liMes Ihbert , ,
a et second clerc de IIaI' Ricquier et Accard,
notaire Gigors ,
consuInte , rongeaLt son caur, abattait sea forces, épuisait sa a
vie ; ni l'estime universelle , ni Is gratitude di ses subordon- aussi notaire, Rouen,
a en remplacement do N'
néa , Ui l'affcction des sicns, Si chers a son ame, no pouvaient, A été nommg notaire Pavilly ,
je no dis pas le consoler, mais mime Ic distraire. Labarbe , démissionnaire en sa faveur.
6 de cc mois.
Voilà donc , Messieurs, a quoi servent les prosprits de Ia 11 a pr6toi serment en cotta qualitd to
terra; one seule infortune soffit pour nous percer Ic caur, et
pour ternir a nos yeui cc qui, en nous , hIouit Ia vulgaire et
Fenipklied'apercevoir le vautour qui nous dvore. Nouvelles Jilverses.
Maiheureux monsieur Iteizet ! Puissent sea nombreux bicn-
faits obtenir que Dieu soit sa rcompense.
PARIS 7 FEVRLER.
,
M. Prosper Pimont s'est cxprinui en ces
La querelle de MM. Thiers et Rigny est termi-
ternies
née. Sa Majesté Louis-Philippe est encore une fois
u'iI me soit permis , an nom des nombrcui amis de M.
Q intervenue pour rétablir Is paix dans son conseit.
Jaccjues Iteiset , de rendre tin dernier hommage a la mmoii e
do celui que now regrettons tons aujoLird'hui D'abord , M. Thiers West defendu de toute nsauvai-
se intention coutre Al. de Rigny , en auribuant
Multi3 illefiebilis occidit.
cette trahison a la rouerie de MM. Guizot et Dim-
Vous, ses parefis, nous, ses amis, our, pleurons tons, pleu_ chatel. M. Duchfttel un roué ! voyez done cc quo ,
rons. . . . L'homme probe et gureux , le bon pare de famille,
en inauvaise compagnie , les jeunes
l'excdllent ami West plus! Sa vie, modèle de bontá Ct de no- deviennent ,
bles vertus , s'est titeinte comme ella devait ,'éteindrc , sans geiss Jes mieuX élevés , lea esprits lea plus simptew,
douleur et sans remords. Je ne rappelle point toutes leg belles lea ames lea plus candides.
quaIits qui Ia distinguaient ; ses parens, ses amis leg plus in- Ce souL MM. Guizot et Duclmâtel qui ont persua-
times diront sa gnérositd et jusqu'ois s'tendaient ses bien- dé a Al. Thie-, qul ne s'en doutait pas , que ce
faits. Souvent on ne rend justice a l'homnie de merits et paLlvre Al. de Rigny etait fatigue des aflaires étran-
Ihomme de bien, qua lorsps'ils ne sont plus: celui quo nous de voyager. Ii lui en coiltait de
pleurons cut Ic rare privilege d'&re appricii pendant sat trop gères et avaiL besoin
it redoutait la douleur
courte existence. Faisant toujoure le bien et sins ostentation Ic declarer Iui-même , taut
it n'svait point d'ennemis ; sa grande fortune ne pouvait lui de cette cruelle separation.
iGALITi DEVANT LA LOX. susciter d'envieux, psi-ce qu'il n'en rservait pas lea jeuissances M. Thiers, par bonté d'ame , s'était empressC
Nous avons fait connaitre toutes lea poursuites de pourlui sent, et quoit faisait son bonheur de voir toms leg siens d'envoyer M. de Rigny a Londres et de prendre sa
heureux par lui , heureux autour de Iui. £rs de quitter as
l'aI,ninistratiou des postes ; on l'a vue fouillant et place , et c'Ctait ce procédé de bonne amitie qui
clépouille niortelle, I'homme qui a bien rempli sa carrière
I'efouillant At toutes Les barrjères de la deplorable malenteridu , avaiL amené entre
yule, dans jette tin regard rapide cur son passe ; son cur se serre un pal- un
le-i poches , dans les mattes des voyageurs, pour instant de douleur en songeant qo'il lui faut abaudonner pQur eux tine tic ces scenes mnaiheureusemnent trop fié-
iaclier (le trouver quclque brouillon de papier ayant jamaii ceux qu'il chérit et dent it s'est fait ehir ; man one quentes entre gens qui out [a bonne habitude de se
ligure tie leure ; puis , quand cite avait fait une pensee d'avenir vient bient6t raffermir son courage pour to dire leurs vérités, quei'elle renouvelée de Vadius et
capture , elle venait demander unc bonne ainende court mais péniblc trajet do la vie a to snort: c'est Ia pease di Trissotin, comnmue Ic prouve leCor.caired'au-
quo tout no prira pas avec lui. Cette penso itail Yraic et
(IC 150 fr. coutre Ic pauvre diable qui ávait cherché jourd'hui.
bion consolsnte, surtout pour celui quo nous regrettons ; car
a rendre service a un parent , on a ami. Ce soir, tout est oubli.á, et ces messieurs peuvent
on Ic souvenir de M. Jacques Reisot et do sea excellentes quaIitis
recomnmemicer sans rancune du passé. Ce qu'il y a
Eh bien ! nous pourlions citer un haut fonction- restora gravoi iieffaçable dana la mmoire do tons ceux qui
que M. Tiuiers parait des-
naire qui fjit et fait faire iinpunément chaque jour l'ont contact. de plus singulier , c' est
Ce qu'il West pas permis a un simple particulier de tine a recevoir Ic prix du raccomniodemnent , aprés
fsire une seulefois. Ce foctionnaire a une boite a avoir fait la premiere injure. La recette gCnétak de
deux des , dans laquelle , tous lea jotirs , on depose Uu Cvénement aifreux cit arrivé hier , a nne Rouen cit devenne fort a propos vacante , et ser a
ses lettres, qu'on lui expédie a Paris ,ci qu'á son heure du matin, rue Beauvoisine , près Is place de donnée a un très-proche parent de M. Thiems. Pau-
tour it renvoie a Rouen chargee de sa correspon- la Rougemare. Un jeune hotnme tl'une, vinglaine vie familte ! cc n'est qu'un c.adcau de 200,000 fr.
dance. d'années rentrait chez sa mere, quand it a eté atta- par an.
Pour notre dignkaire , point de procès ; point qué par Un gros chien , renversé ci horuibiement Nous serions au regret, en apprenant lea premiers
d'a&nendes. Ce qui vous prouve de plus en plus que mutilé. Aux ens de Is victitne , M. heron, tnarechal- cette nouvelle au public de produire sum La bonne
,
juillet l's supprimée, mais je suis convaincu qu'.11e aurait trouvimes nombre sic condamnils qui risent , caussient , so do quinze pieds carres. J'y ai vu Ic moclèle d'un batinient
1
eu tort de le faire. Cettc n,eue itaitcouttedans tin profood cbaufl'aient an soleil on parlaient politiquo. II me prit fan- construit , je crois , 'Vera 680 , le plus beau navire do
silence et avec on grand recucillemint. C'étail une si admi- taisie d'en interroger quelques-uns. A lea en croire , tons Louis XIV, ticarlate et or: cent canons, mule bomme, d'qui-
rable 1çon qua cette heuro de priêre qui placait ainsi leg avsient oitoi msl jugés : on le jury s'Lait trorpd , on on leg page et tout I'equipage stir to pout , en tout quatre pieds et
condamns entre Is Christ et la mitraille , antic la vengeance avaiL pris pour tl'autres ; et c'taient des dolances , des r- demi do long.
des hommes et la n,isricorde de Dieu criminations , des menaces, des protestations d'innocence! Darts tin coin, j'avisai one sorte tie pendule, asses singulia-
A droite de ceue singuIitru chapelle se trouvent les loge- Un soul convint avec franchise , mais fort bizarrement , de sea cement construite, et qui, par parenthése , n'allait pas.
TI S]S des forcats , un immense dortoir parsemoi de couchettes torts. C'tait on grand jeune homme s l'coil fauve , ana che- Q u'est ceci? demandai-je an cicerone.
en bois , chacane occtipte par deux hommes , car la chatne veux plats, an SOurire sardonique. - Queue est done, lui - C'est to mouvement perptuel.
qtii les unit Ic jour no lea ahandonne pas la unit. La gauche disais-je aprés quelques questions assez indiffirentes , queue - Vraiment Ict depuis quand no marche-t-il pl u s ?
it n'a
apprtieot 0111 condamnC aulquels one tentative d'vasiou eat Is cause do votre diitcntion? Ali! monsieur , jansais marche. Mais , voyez-
00 bien CPI.11L1'acte do 'violence a fait imposer ladouble - Unc misilre , une bJtise, Un rica , me riipondit-il en Tons , c'est tout une histoire , et c'est quo l'histoire eat si
cluthzi. A ceux-h tout clercice air_ est interdit. Des hatissant lee ipauIes ; une bevue do ju'eurs , quoi ! its Wont longue!....
a
irs rids tin poteau ne leiir laissent pour toute promenade ft anquc iCi pour one chaise cassée. - N'importe ! contez, contez , brave homme , nons avon,
- Une chaise casseP
(JIlS six pieds environ I palcourir i l'entour de leur lit. Ce tout to tems d'Cceuter. Nous no sommes pas ici pour autre
chltirnent €poivantable s'inflige Is puts souvent deiix et trois - Apra ca , c'est-il ma faute ii moi si , quand je m'amuse chose.
casser tine chaise, le dos d'un homme Va so trouver (leg-
ans ; miis it. y a peti dhommcs qui y tienneut , Is plupart - En cc cas t void mon histoir ; et it nous dehita cc quit
inuIient bien long-tens avant d'avoir uini leur peine. sous?... et qiniize an, do P.ochefort pour ça , mon bourgeois! suit:
A.i ree I. captivitó ordiniire paraic , en gérnfral , assez eacusea du pets! les chaises sont pas chires en cc pays ici: - L'autcuur du petit travail que vons voyez Ctait tin sim-
Co- ,t, ii'prter. Loin quc lea trjvaux soirut aussiji'ce Merci pie horloger tie province pi'on appelait Louis L***. Quoique
a
•U ' ,n,lerait Ic dire, lea dttenis an fatiguent presqoc It tira la Longue, siffla un air de chasse et partit , entral- cc flu, cc quc lion a dit, tin des plus hahilea ouvriers de sa
ion i I, iucoq1 moles j1e los ouvriers de Is marine emj)loyS nant aecIni son camarado do chsine. Moi, jo m'éloignsi tout profession, to brave housame n'etait pas riche. Cc n'est point
e,c eux alt p o rt. Pltiskui'i ,nme , ceuL que leur bonne con- peneif, stupdfait d'une pareilk indifference, inc demandant en province, Tons to ssvez, que les liorlogors font fortune.
,Jatt on t'exiratin prochaine de lent condamnation , a 'il n'y avaiL en effet, sous cette froide et insouciante cuTe- Outre qu'on n'a guère, cisc,, nous, besoin do pondule ni de
rnlu,s nu-in stipects pie Fe, autres , se protnénent seuls et loppe , ni regrets, ni repenlirs , ni remords. nsontce, Ic pen de gens qui en poss&Ient les soignent trop pour
Aaris ehatnc i traver, to hague , avec Un simple anneau de fer La vue de Is salle des modi1cs, ob Ic gnide nouis conduisit, lea caner souvent. Aussi fallait-il fréquammeut avoir recours
au pied. vint me distraire do mes affligeantes nifiexions. Cette salle des stix expdiens. Plus d'une foisie meilleur de la boutique dii-
On a souvent padii dii iLcouragement et de l'accablemoot modides est bien, en vériIu, Is plus jolie petite miniature!....
logea pour Ic mont-de-piuitii. C'itait unemisère !....
vaisseaux tie ligne, fugates, corvette,, bricks , schoners, goë-
moral ou ctte horrible peine des tavauxJorces doit plonger Mais cc qtui d,5solait Louis , cc n'iitait pas sa position i liii
lei honanies quli la subissent. Eli bien ! je n'ai , je dois le dire, lettes , cutters , chalouupea , canots ;mlts, voiles. cordages pourvu pie
liii , it atirait viicu volontiers d'eau et do pain ,
rica oboervd de tel an bague de RQch5fort. Was 'a egur non, gouvernaits, etc,, la marine est hi , tout eutière, dana un trou son fits flu heuretix; car ilavait un fits, not fits qti'il adorsit,

Afficher/Cacher

Afficher/Cacher