Keywords

Add keywords

Chambre des Députés.

Chambre des Députés.

PRESIDENCE DR M.
Séance d'hier 7 fdrier.
A tine heure ci demie Is siiance est ouverte. Le p oc olz
est In et adoptii.
Par extrsordinaire, Is chambre eat assez nombreuse. Ure
certaine agitation rigne dans I'asaembke.
Re rapport des piititions, mis a l'ordre dim jour pour la
6• fois , a, comme de coutume , attiri beaucoutp do mont,
leg tribunes publiqnes et rdserviies sont euvahies long-teas
avant is séance.
MM. Duperri, Guizot et Humanu soOt leg acute ministrie
prisens.
M. Dupont (do l'Eure) est i son bane.
-
M.LB PRÉSIDENT: La parole 05% i M. Jo ministue die
finances.
M.HUMANN donne lecture d'tune ordonnsnce ay ant pi or
objet to retrait du projet do Ioi relatif aux pensions des fo mc-
tionnairuss et employCs des finances.
aa seulo consolation, son soul espoir. Pour cc fils, it avait
aacriuii Ic pets de bien.dtre dont it jouissait ; pour ltd donrur
one dducation au-deans, do son rang , it paissit leg jouri ci
los units an travail , s'elThrcant tolijours d'iiconomiacr stir mi-
mmc , afin do riseryer quclque chose pour subvenir ausx he-
Soins de son fits. C'iitait pour mi un si grand créve-caur
quand it fallait qtie Ic dimanche cc fits rcstL s Is maisos
faute d'avoir de teoi Se montrer convenablement i cbtui de
sea camarades
Pourtant Ic ciel prit en pitii cette touchante tendresse de
Pere : peu a peer la misère s'en ails, peu a l'aisance prit
sa place. Louis n'en diipensait p a s davantago , mais son lila
avait des habits neufs, mais son fits altait an spectacle , nmais
Son Ills avait totujours de l'argent dana sa poche , et Louis itait
heureux dcYm iFque son fits n'avait mien i envier aux autres
eufans de son age.
Pourtant it Se ripandsit sot l'honndte horloger des bruit;
cliii sans toutcfois attaquer directement ma probitii Se
, ,
laissaient pas pie de jeter sur sa prospiiriti nouvelle certains
doutes assez pen honorables. On se demandait , tout en ho-
chant la tdte, d'oü pouvait venir cc ehangement suhit de for-
tune. Cc niitait point tin heritage, on no hui connaissait point
de parens ; cc n'iitait point one opduati.n heureuse, Ic pauvre
diabte n'iitait pas assez riche pour spiiculer stir quoi quo cc
fbt ; cc n'iitait point une crue do commerce, jamais lee affluirca
n'avaient iii plus mal. Beef, it y avait 000tre Louis on scuti-
mont de mdfiance qui n'iipargnsit mdme pas son Ills.
Un jour quo celtui-ci payait d'tin louis d'or je no sais qui tie
cmplite qu'iI venait do faire , le msrchand cut I'idiie de faire
sooner ha piece pour s'aasurer do as bontii. An son iim1uivoqun
qu'elle rendit : Quivousa donMecet ar
- g ent? demauda-t-il?
Mon père
— , niiVoudit l'enfant,

Afficher/Cacher

Afficher/Cacher