Keywords

Add keywords

-I..- - -

-I..- - -
TROUBLES A COLOGNE.
Cologne, 26 novembre.
Deux nouveaux k6nemens Se soot encore passes hier en
flotre rule, et quoiqu'ils .ne snient pas récisément tie na-
tare a tronbier la tranquiliité génraIe, its pouvaient nan-
mOine avoir des conséqueices srieuses. Des personnes
dignes de foi leg rapportent comme suit :
Peux habitans rencontrent one patrouille d'environ dix
liOflimes ; I'un deces habitans ayant fait la remarque qu'il
etait p6mble pour lessoldtsdparcourirla yule pendant
toute lanuit ; l'autre Iui rpondit : e Mais que l'on nous
rende I'archeveque , toute surveillance deviendra alors
'futile, et iepaysjouira d' une ofondtranquillité. '
Le sous-offiejer conduisant la patruille n'àyant sans
doute pas bien cornpris Ic sons de ses paroles, crut It one
fl5ulte el. sejetaavec sa patroutliesur Jes deux interlocu-
teurs, qui out étó frappés It coups de crosse et fort mal
traitës. Von d'enx parvint a s'enfuir, ôt l'autre fat trans-
port6 an dépôt de la Ville. Le bruit de et événement s'é -

a
tant répanclu thins la yule , des rassemblemens se fornè- figure qui semble ravie quelque églogue sentimenale!
rent de t.outes parts, et lour nombre s'accrut teltement, Pourtant , qui Ic croirait ? Mariannette Denjean est
pi'il devint impossible de les dissiper. Sur Ic banc des assises pour an crime d'une nature Cpou-
Quelques heures plus turd , des gens ivres ayant vantable ,inspirC par Ia dCbauché , aupiel cue a pré-
porte on pleine rue la sante de l'archcvêque , fureiit ludépar to libertinage et l'adtlltCre. A peine mariCe do-
chärgés par les patrouliles et poursuiss, balonnette croi- puts hult mois a Basile Rouzaud, grc5sedqtiatre mols,
cite l'a empoisonnC. Cot to autre felume a figure repous-
see , Justu'h one brasserie voisine , oi so trouvaietit ,
réuflis an grand iioirl d'hómns du people occupés, a sante, qui est assise a sos c6t elg c'estIsabeau Denjean
a l'entréede la troupe, so de corn plicitC du eême átteiitat.
boire. Ceux-ci voulürent s'opposer seur , , accusCe
et lui opposant tine vive résistance, tentèrent dc la désar- Isibeau Denjean mpriCe on nommé Bernadac avait
, ,
iner. En cc moment arrivà on oflicier de ronde , dont la trouble cotitinuellernent lejours e son mar ; Bernadac
prisence mit fin a ctte scene tie d6sordro qui polivait mourut subicment dans des do6lehni atroces ; los bruits
amiriër dè jlus gves éié.Lespatrouillcs reçu rent les plus sinistres coururent sur les causes de cette mort;
a
orilre de no péwtrer dans aücuue maison , sans an préa- Isabeau quitta ilors Ornolac et v int se fixer Auzat au-
table en avoir rccii l'autorisatiGn de la police. près de sa fainille et do sa seur Mariannette.
(Gaz. d'Auysb., zdec.) Celle-ci CtaitmariCe depuissix minis Basile Rouzatid
avant son manage , cIte avaiL plus d'une lois donud prise
Le bruit s rpand dc nouveau que don Miguel fitit contre dIe aux rorneurs les plus irljurieuses.
Cetto triste alliance amena bientii. ses fruits : leg in-
j cparatifssects pour one nouvelle tentative contre pré
trigues galantes do Mariannette Denjeart futent conti-
Ic Port ugal. On dt quit se rendrá d'ahord it Genes , it
de là an quartier-général de don Carlos Cc qui parait nuCes pat Ia feinrØe Roiizaud. Los .rendez-vous les
certain , c'est pie los nouvelles continuelles des victoire s lettres brfdantes , dos tlThches de theveux , des bagues
furent donnCs et reçus par los galans.
dc don Carlos out relevC les espérances de don Miguel et
Dc semblables désordres des'aieit avoir one fin tragi-
do ses adhCrens. (MercureieFraiconie do2 dec.)
que Basile Itouzaud , absent pçidant quelques lours do
-s a
son domicile , arrive lé mardi après Pâues Auàat ; il Se
Il paralt que Ic nouveau ministère espagnol est eñlin portait bien ; it dix heures it mange one soupe de pommes
compose , quo Ic décret do formation est rondo , trials do terre prCparéc par sa femme , d'horribles doulenrA Se
qu:il ni.serap.ublié qu'a l'arrivde du général Alaii , dCclarent : lé lendemain it Ctait mart a one heure aprCs
midi.

Afficher/Cacher

Afficher/Cacher