Keywords

Add keywords

Rouen . , 21 1'Tovembre.

Rouen . , 21 1'Tovembre.

CHEMIN DE FER DU NORD. — EXECUTION PAR L'ETAT.
LeCourTier Françaisannonce d'une wanière quasi-officielle que
e ministère a fini par s'entendre avec La maison Rotschild pour I'a-
£hèvement du complement et l'exploitation du chemin de for du
Nord. C'est ce que nous avaiL fail entrevoir I'article duJournal des
Dëbal.csur la matière, que nous commentions dernièrement. La r6-
conciliation desdcuiparties contractantes aurait été amenée par
la renonciation du banquier israólite aux conditions Iéonines qu'it
avait précédemment eutendu imposer au gouvernement, el dont les
chambres ont fait justice. Le prince de la finance daignerait main-
tenant acquiescer aux clauses que Ia chambre avaiL voulu introduire
.dans to caller des charges, sinon identiquetnent, au moms approxi-
Inativement.
Cette seule circonstance aurait dt sutUre, suivant nous , pour
mettre hors de concours les anciens aspirans a la concession. Car
ildemeure evident par là, on qu'ils avaient voulu nous surfaire et
nousrefaire , ou bien qu'ils avaient fort Iégèrement supputé le fort
et to faible de l'entreprise. La même objection pent être adtessée
aununistère en toute sécurité de conscience ; d'oii it résulte que ni
les uns ni les autres no sont en position d'inspirer grande contiarice
au pays stir les éventualités de la transaction et de la spcu-
lation. Car, ou précédemment on s'était entendu pour nous trom-
per , ou l'on se trompait soi-même ; et qui nous assure que l'on ne
se trompe pas aujourd'hui P
Mais, nous l'avouerons , le bénétice it retirer de l'opération n'est
pas cc qui nous préoccupe le plus en ce moment. Sans doute it n'est
pas indifferent de savoir si la. France, prise pour dupe , sera mise
A contribution pour favoriser le jeu de bourse de Ia maison Rots-
child ; Si les bénéfices dont on va faire largesse aux loups-cerviers
ne pourraient pas avoir une destination à-la-fois plus honorable et
plus profitable a la communauté nationale. Toutefois nous nous
consolerions do la rançon que la nouvelle compagnie se dispose a
lever sur Ic Lrésor public et sur les futurs voyageurs, si le ré-
sultat devait tourner a l'avantage des Chemins de fer en général,
et du chemin de fer du Nord en particulier. Mais en soinmes-nous
IA, et quel moment choisit-on pour doter l'industrie privée, nous ne
dirons pas de la construction des Chemins de fer, mais de lour ex-
ploitation?
En France , des compagnies ont construit deux ou trois grandes
lignes de chemins de fer. Se plaint-on de la construction P Non
mais it n'y a qu'un cri contre les modes d'exploitation. En Angle-
terre , les cornpagnies ont construit touLes les ligries , et l'on n'a
rien trouvé a dire contre la solidité des travaux ; mais est-on aussi
content de l'administration de ces diverses lignes P 11 s'en taut du
tout au tout, Si l'ori en juge par les conclusions d'un livre qut vient
d'être pubiié en Angleterre , et quo l'on suppose émané des bu-
reaux du gouvernement.
En etl'et , la tolalité des rail-ways de la Grande-Bretagne est eva-
a
luée plus d'un milliard de francs, et cependant l'auteur de la bro-
chure n'hésite pas é demander que le gouvernemeutrachCtetousles
Chemins de fer et en entreprenne l'exploitation , coiite quo cotite,
plutOt que de laisser to public continuer de subir Ic joug des corn-
pagnies!
Darts la Grande-Bretagne, les Chemins de fer ont été construits
cl'aprés to principe qui avaiL toujours réglé la construction des rou-
tes oreiinaires : celles-ci avaient été entreprises et sont entretenues
par l'industrie privCe, moyennant péage. Dc sorte qu'ã défaut de
la possession par l'Ctat , ou do la concurrence eu ce qul concerne
les lignes de parcours, it y avait du moms concurrence quant aux
Véhicules. On avait pensé qu'il on pourrait être ainsi pour les
rail-ways, et les lois de concessions avaient rnme formellernent sti-

pole que toutes les entreprises de voitures ou de nioyens de transports
seraient aptes a réclamer Ic passage sur les voies de fer. Mais , en
fait, cette clause est demeuréc impraticable de l'autre cOle du dC-
troit ; de sorte que le monopole de I'exploitation est derneurC Ia
régle gCnérale et memo unique. Or, les abus qui on découlent sont
, a
tellemeut exorbitans et tellement palpables , qu'en Angleterre la
suite d'une longue experience; qu'en Angleterre, La terre classique
dulaissez-faireen matiére de travaux publics, de canaux et d'expé-
ditions transatlantiques, un cr1 unanime s'éléve maintenant pour
faire rentrer entre les mains de l'Ctat l'adrninistration des procédés
de locomotion stir les routes ferrées.
Nous ne citerons que deux exemples des abus consignés dans le
Rail -Way-Reforme.Sur la ligne duGreat Western ,les adminis-
a
trateurs ont dernièrernent jugé propos d'augmenter le prix des
places et des transports de 30 p. 100. Le nombre des voyageurs s'en
est trouvé assez considérablement réduit. Mais les bCnClkes de la
compagnie n'en ont point souffert; its se sont mrne accrus de
1 p. 100. Il s'ensuit done que la compagnie a fait une très-bonne
affaire, puisqu'avec moms de peine et moms de détérioration dans
les matCriaux et le mobilier, elle obtient un plus beau dividende.
Le second exemple rentre dans celni-ci. Les statistiques dressées
pour toutes les lignes constatent que les rail-ways sont a-peu-pres
inaccessibles aux classes inférieures , sont peu fréquentés par les
a
classes moyennes, et tendent devenir l'apanage des classes riches
et de la haute aristocratic.
Que si l'on consulte les documens de la Belgique, on les Chemins
de for sont entre bs mains des agens du gouvernement , on voit
a
quo ces Chemins , dont les bCnélices suffisent couvrir la dépense
qu'y a consacrCe le trésor public ,. étarit la propriété de tout Ic
monde , sont aussi fréquentés en proportions Cgales par toutes les
classes tie la société.
La question est done aristocratiquement posée et rCsolue d'un
côté , démocratiqucment posée et résolue d'un autre. Oti devraient
done se ranger les sympathies de la France, qul Wen est encore qu'à
son debut et a son apprentissage dans cette branche d'industrie P Le
public répond: Belgique;to ministére , comrne toujours , répond
Any leterre.

Afficher/Cacher

Afficher/Cacher