Keywords

Add keywords

frappé tons leg organes. Cola résulte des termes mêmes du rapport adress

frappé tons leg organes. Cola résulte des termes mêmes du rapport adress
an prfet de police par leg deux médecins,MM. Bertrand et Legrani.
Ces médecins ,surpris du silence et de l'inaclion de cc magistrat,vien-
nent de lui adresser une lettre oil us expriment la ncessitê de placer Hu-
bert , la victime du Mont-Saint-Michel , dans une maison de sante.
Aujourdhtii ,ecrivent-ils,Hubert est encore Clans un mauvais lit dc
prison , dans une chambre oh le froid et l'humidité paralysent I'ffet de nos
nédicamens. Ls nuits,surtout,sont glaciales pour notre pauvre malade,
dont la chaleur naturetle est déjà diminée par dix-huit mois do soufl'rances
et ivufannées de detention. . . Le malade éprouve toujours Ia meme dysp-
née ,la mêrne inappétence;1s crachemens de sang se rCpètent plusleurs
fois par semaine ,la toux augmente depuis huit jours,leg jambes sont tou-
jours frappées d'insensibilitó , d'emaciation;la circulation so fait a peine
dans cette prtie CloignCc du cur;le patient ne pent se tenir debout
:Nous avons essayé de le faire marcher;aussitót an tremblement extraor-
dinaire agite leg membres iriférieurs , et it serait tornbe a l'iustnt si l'appui
de nos bras lui avait manqué.i
La date de cette lettre est réeente,eUe est du 18 novembre. M. Delessert
l'a Inc. Nous attendons sa réponse. Si l'hurnauité se tait levant leg souf-
frances engendrées par Ic Spielberg des côtes de Normandie,nous aurons
a examiner la lisLe de queques-uns des détenus condmnés qui out obtenu
la faveur refusée a Hubert;nous cornnenceronS par Jiourdequin.
On lit dansto Censeurde Lyon:
Les écoles communales do La Croix-Rousse,tenues par des lales,sont
menacees dans fear existence. De misérables intrigues en ont ferme plu-
sieurs, pour leg donner aux frères de la doctrine : ceux-ci travaillent aujour-
d'hui sourdement contre cc qui résiste encore. Les frères ne craignent pas
d'aller dana leg naisons particulières solliciter hs parens de retirer leurs en-
fans des écoles laIques et de leg envoyer chez eux,essayant do lour prouver
qu'iI y a pour eux avantage a le faire.Ce moycu n'a pas par assez puissant,
leg frères ont essqé de faire de la propagande par leg enfans eux-inemes
its leg ont engages a alter voir fears carnarades ,a faire tons leurs efforts
pour leg attirer a l'école des frères,protnet.tant toutes sortes de petites fa-
years a ces jeunes diplomates en cas do succès,1ur en accordant que!ques-
unes par avarice ,atin de stirnuler lur zèle. C'est leg jeter bien jeunes dans
l'intrigue ,c'est leg entrainer bien tot dens une voie fatale , et do pareils
faits tie se justilielit pas;la morale de Loyola peut leg excuser,La conscience
des honn&es gens leg réprouve.
Esperons quo l'administration et le conseil municipal do la Croix-
Rousso feront comprendre aux frères de la doctrine qu'ils doivent se ren-
fermer dans l'instrucion des enfans qu'on lour confie , que lour mission ne
va pas au-delà , et qu'il est pea digne et Pau charitable d'agir coinme ils le
font.

Afficher/Cacher

Afficher/Cacher