Keywords

Add keywords

Destruction vo1otaire des rails sur un chemin de fer.

Destruction vo1otaire des rails sur un chemin de fer.

Colmar, H novembre.
Le 41 juin a quatre heures et demie du matin ,des ouvriers du chemin
de for, qui se rendaient ' a leurs tracaux vera la station de Dornach ,s'aper-
çurent quo ,pendant la nuit , deux rails avaient été enlevés a quelque dis-
tance Fun do l'autre. Urie heure plus lard Ic convoi allait passer, et Un
matheur terrible pouvait survenir sans cette découverte presque fortuite.
Cea ouvriera donnérent l'éveil ,et i'on combla immnédiatement lea lacunes
clang la ligne de for par d'autres rails.
On lit ensuite des recherches, et Pon découvrit, Is une forte distance de là,
l'un des rais enlevés ,sum leg bords du chemin,et l'autre dana une rivière
qui traverse la voic do for. Cc n'était done pas pour voter ces deux rnorceaux
de for qu'on lea avait dCtachés de la voic, mats bien pour occasionner un
accident qui pouvait avoir leg suites lea plus déplorables.
Le maire de Dornach s'empressa de procéder a une information qui fit
dCcouvrir, le jour mêrrio, que leg auteurs de cette action crirninelle étaient
Sébastien Walbourg et Michel Thomas, de Dornach. Tons lea deux compa-
raissent aujourd'hui deviant lea a4sises pour répotadre a cette accusation.
Cc sent deux jounes gens , l'un âgé de vingt-ua ans ,l'autre de vingt-deux
ans.
Voici cc qui résulte des dCbats
Walbourg eat sellier;it revenait, Ic lOjuin an soir, do Cernay, üü it avait
bu plus que do coutume. Thomas eat maréchal-ferrant, et était également
prig do yin, lorsqu'il rencontra, vera dix heures du soir, Is la station do Lut-
Lerbach ,son ami Walbourg. Ic chemin de ler no laisse pas de porter on
rave prejudice , dens notre pays , a certaines industries , parmi Jesquelles it
aut ranger Los marCchaux-ferrans et lea selliers.
Naturetlement , Walbourg et Thomas sont ennemis de cc nouveau
rnoyen de communication , ci cc soir-IA lent antipathie avait prig un ac-
roissement en rapport avec Ic nombre de bouteilles qu'ils avaient con-
;ommées. Its cheminaient précisérnent sur la voie pour s'en retourner Is
Dornach, et s'entretenaieni du dommage que causait an pays, suivant
ux, cette detestable invention. Sans doute , its n'observaient pas toujours
a ligne droite dans lout marche , car plusieurs fois déjà Walbourg avail
aeurté dii pied leg rails. Son voisia éprouva souvent le mêsne accident.
iela ne fit qu'augmenter leiir coière contre cc nouveau système de chemins;
Is se fâchèrent enhintout de bon , et l'un d'euxramassa une latte, déta-
:ha leg coins du bois qui fixalent le rail et enieva ceiui.ci. L'autre en fit
infant quelques pas plus loin. Pais its rentrèrent tout contensde leur acte
Jo vengeance.
Avant d'eritrer Is Dornach
, its s'en vantèrent. C'pendant , le lendemain
aatin , Is son rCveil , Walbourg conçut de dyes inquiétudes sur cc qu'ils
tvaient fait la veille. It envoya Thomas pour volt si leg rails n'avaient pas
téreplaces. Thomas trouva lea oucriers occupCs Ii ce travail
, et c'est même
a presence sur lea lioux Is une heuro si rnatinale qui éveilla lea soupçons
air lea auteurs du délit.
L'accusation ost soutenue devant la cour d'asises du Haut-Rhin, oi coo-
)araissent ces deuxaccusés, par M. Hader , qui a insisté avec énergie pour
a repression d'une semblable action dans notre contrée.
Mo Baillet a présenté la defense des accuses , qui out été condamnés a 18
noiS d'emprisonnement.

Afficher/Cacher

Afficher/Cacher