Keywords

Add keywords

Chronique Itniustriene.

Chronique Itniustriene.

Nous lisons dans le dernier numéro desArchives de l'Etectricitd , pu-
bliées par M. Ic professeur de La Rive, un article intiressant intitulé :Notes
sur L'état actuel de l'tude do l'éteclricité en 4ngleterre,recueillies pendant
Un sdjour fait récemment dans ce pays. Parmi les difl'érens faits rapportés,
Dons trouvons to récit d'expdriences curicuses exdcutées par M. Gassiot sur
la lumière dlctrique produite dans le vide an mnyen d'une pile de grande
a
Puissance. a J'aj ea Ic plaisir, , dit M. de La Rive , d'assister ces expe-
riences, on plutôt a cette intdressantesoirée diectrique.Une pile de Grove
de cent couples (chacun ds couples dtant de seize polices carrds de surface
environ) produisait des effets magnifiques ; Fare lumineux , enre les pointes
de charbon , éclairait une tres-grande pièce et faisait pâiir toutes les bougies
allumées, dont la lumière disparaissait presqu'en entier devant celle du cou-
rant électrique ; des fis de metal , de près d'une ligne de diamètre , dtaient
rougis sur une étendue de plus d'un pied.
Une exprience du m&ne genre vient d'être reproduite a Paris , sur une
Lien plus grande dchelle, par M. Deleuil . constructeur d'appareils de phy -
sique. Une Ionic nombrense a pu considrer, lejeudi 17 aoüt dernier, de
neuf Ii dix heures du soir, an sommet d'une inaison du quai de la Monnaie,
sur Lin pavilion contruit par M. Deleuil pour les opdratious daguerriennes
une lumière de Ia plus grande intensité , one sorte d'étincelle brillant du
plus vif éclat; cette lumière , qui frappait encore les yeux sur le terre-
plein d'Henri IV, était produite par l'Iectricité dana un ballon de verre
pivé d'air et eutre deux pointes de charbon a distance.
L'exprience a parfaiterneut réussi ; die intérese beaucoup les physi-
a
ciens, et elle fait honneur M. Delcuil par la manière dont eile a ete exd-
cutée.
Voici comment no physicien distingué rend compte de cette experience
dans la Revue Scienlifiquede Quesneville. On trouvera dans cette note des
chifl'res ci des calculs intéressans :
( Aussjtót que I'on connut a Paris Ics nouvelles piles de Bunsen , dont les
élémens sont, comme on sait, do zinc et du charbon, avec les acides nitrique
et sulfurique pour condenseurs , les journaux annoncèrent que des expd-
riences allaient être faites a l'aide de ces piles. Mais it parait que ces expé-
' iences préliminaires out trompd l'attente de ceux qul spéculcient sur ces
nouvelles experiences. Enfin , celles-ci viennent d'être menées a bonne fin
par M. Deleuil , qui a dispose a eeL effet one pile de 08 paires. Cot habile
constructeur a place son appareil dans un pavilion situé an sominet d'une
7naison en regard du Pont-Neuf. Le public scientifique et industriel avaiL eté
convoqué pour to jeudi 17 Will sur le Pont-Neuf et les quais environnans,
it uric distance de quelques ceutaines de metres du foyer lumineux qu'il s'a-
gissait de produire.
)) L'appareil de Davy aux deux cones de charbon avait été place au faite
du pavilion cornme la lauterne d'un pire. Le courantéiectrique étant
etabli , la lumière jaillit aussitót avec une intensité qui n'a pas ete inesurée
omparativemdnt a d'autres Iumières connues , mais elle était assez intense
pour permettre de lire a 300 metres de distance. Elie portait ombre a la
mme distance , et faisait passer an rouge la lumi&e du gaz des rCverbères.
Cette experience très-remarqnablea duré environ une heure, a la grandesa-
lisfactjon d'une fonle de spectateurs. Ii est a regretter pie des essais positifs
Sur l'iutensité et l'efficacité de ce mode d'éctairage n'aient pas été faits a
cette Occasion par nos savans. An reste , cette premiere tentative sera néces-
Sairement suivie d'autres du méme genre.
,, A la suite de cette experience, on a pu voir en grand tous les phCno-
flènes de la lumière électrique par le charbon dana le vide. Ainsi , Ic char-
bonposWfétait profondérnent creusé a sa Pointe , et Ic charbonndgatifa
augmente d'autant ii son extrCmitC, par Ic transport de la matière chat -bon-
reuse dans le sens du courant. En outre, le mercure que les bouts de char-
bon avajent absorbé lorsqu'on les a plongés incandescens dans cc metal (met-
cure qui sert a mettre Ic courant électrique en activité), ce mercure, disons-
nous , avait été vaporisC en totalité, et dispose en goutteiettes microscopiques
ant- les psrois du bailon de cristal. Cette rosée mercurielle formait sur les pa-
rots one sorte d'étamage an mat, et Ctait assez intense pour intercepter la Lu-
Inhere du jour a travers le ballon, cc qui a dil diminuer d'autant l'eul'et de la
lumière électriqne. Celle rosCe mercurtelle est ainsi Un obstacle qu'il s'agira
de surmonter par la suite.
)) L'acide sulforique emptoyé par M. Deleuil pour cette experience avait
lors de sonemplot , a l'aéroiètre de Baumé , 14 degré 1/, et après l'ex-
périence , it mIrquatt 27 d grCs 1/2 : tanclis que l'acide nitrique , quit
IflarqUait 36 degrés , est desceudu a 32. Aini , l'acide sulfurique s'était
Concentré, et I'acide nitriqueaffaibli.
I, Les quatre-vingt-dix-huit paire renkrmaient , avant l'expórieuce , un
poids de zinc de 73 kilogrammes 500 grammes, et, aprés I'expérience, cette
masse de zinc pesait encore 70 kilogrammes 600 grammes. Difference, 2 ki-
grammes 900 grammes, exprtrnnt La Porte du zinc.
,) La charge en acides pour ces pflei a éé de 40 kilogrammes 500 grammes
d acide nitrique a 36 degrés , dont 15 kilogrammes out eté absorbés par
l'element chat-ben , et de 2 kilogrammes d'acide sufurique a öfi derés deg re's
étendu de dix lois son volume d'eau.
dépense a done ete , pour les acides, de. . 10 fr. 80 c.
Pourle zinc............................... 20
Pour l'amalgame de mercure..............

Afficher/Cacher

Afficher/Cacher