Keywords

Add keywords

a

a
A l'ambassado de Londres ; de l'autre , la nomination de M. Guizot ce p?ste
important dans les circonstarices oh nous nous trouvons. Cettederniere
Si
a
nouvelle , qui se trouve vraie, détruit la premiere qui, cc quilparait
aurait été elle-même corifirmée par l'événement, Si le roi n'avaitcede devant
la volontó unanime de son conseil de se retirer plutôt que de laisser davan-
lage entre les mains de M. Sébastiani I'ambassade de Londres.
a
On conçoit , du reste , pie la cour ait tenu conserver M. Sebastiani
comme ambassadeur près le cabinet de Saint-James. M. Sebastianiest un
vieillard faible , qui faisait toutes ses volontés , qui correspondait directe-
a
ment avec cite , qui la laissait , en un mot, maitresse de donner la potiti-
que ext&ieure, qui Sc traitait a Londres aussi bien qu'à Paris , la direction
a , a
qui souriait Ic plus a ses goats, ses Wes ses affections.
M. Guizot, at! contraire, est un homme de caractere et de volonte, dont
I'expérience potitique est grande , dont la raison est complete, et qui n'ac-
a
ceptera pas la condition pie M. Sbastiani avait Londres. M. Guizot you-
dra étre réeilemeut ambassadeur, et c'est là surtout cc qni fait soulever (ant
d'objections contre sa nomination. Mais enfin to ministere l'a emporte , et it
faut Iui savoir gre d'avoir en assez de fermet pour forcer to roi e consen-
sentir a une meSure quo la gravité des dv6nemens rendait urgente. H no
a
reste plus maintenant qu'à donner un remplaçant M. le maréchal Soult:
mais gare quc M. do Brogue ne rentre dans Ic cabinet et n'y vienne ren-
forcer I'intluence des doctrinaires, dont M. Duchatel a, dit- on, fort chaude-
inent ddfendu les intérêts dims l'aIl'aire de l'ambassadede Londres.
On s'est aussi entretenu a la chambre des travaux de la commission des
rentes. M. Lacave-Laplagne , qui avait été nomm6 comme conversionmste, a,
dit-on , tournó le dos it la majorité de la commission; it s'est range aux idees
de M. de Laborde, c'est-à-dire aux Wes de la cour, qui compte deux adver-
saires , dans la commission, dune mesure que la France reclame presqueuna-
nirnement.
On assure quo cette defection n'empêchera pas la commission de substituer
a
fin nouveau système plus praticable et plus immdiatement realisable eclat
que M. le ministre des finances a propos.

Afficher/Cacher

Afficher/Cacher