Keywords

Add keywords

JOURNAL DE ROUEN.

JOURNAL DE ROUEN.

A une Cpoque os Ic gouvernement de Napoleon no s'était pas encore CC-
finivement emparC du monopole des tabacs , i'administration des contribu-
tions indirectes await des einployCs spCciaux charges d'empCcher la fraude.
Une unit, deux de ces employCs aperçurent un fraudeur qui fuyait. L'un des
employCs fit feu de l'armc qu'il portait, et biessa le fraudeur.
Aussitôt instruit de cot Cvënement, M. Francais, de Nantes, directeur-gC-
nCrat des contributions indirectes , destitua l'eniployC , le livra aux tribu-
naux , et adressa a tons ics directeurs des dCpartemens une circulaire oh it
disait :
Notts no sommes plus sons un régime oh la vie des citoyens puisse We
ft
pour quelqueperceplion de taxes.
sacrifiCe a
On volt par cc fait, qui West pas sans queIcu'anaIogie avec les CvCnemens
de Foix , que , sous l'empire, leg dCpositaires de I'autorité , sans crainte de
compromettre cette autoritC aux yeux dupeupie, condamnCrent leg rlgueurs
que to zèle brutal et irrCflCchi d'un agent de la force publique avait cru poll-
voir se permettre.
- .5.--
Le Moni(eur nous annonce cc matin quo 11. Ic comte Cochon de l'Appa-
a
rent , prCfet du Cher, vient d'Ctre adinis a faire vatoir ses droits la retraite,
et qu'il cst remplace Cans ses fonctions par M. Moriot, sous-préfet de Va-
lenciennes.
a
On disait eeL aprés-midi la chambre pie la raise it la retraite de M. de
l'Apparent était to résultat des dCnonciations de plusicurs pClerins légitt-
mistes qui s'Ctaicnt plaints d'avoir CtC inquiCtCs par lul thins leur voyage
It Bourges. On dirait que la cour no saiL pie faire pour We agréable an parti
lCgitimiste.
-5G.------
L'arinée du shah de Perse est on marche et se dirige rCellement sur He-
a
rat, in prière du souverain indCpendantde cette principauté. Les chefs de
a
tribus et de peuptades , qui occupent t'Asie centrale , commencent corn -
prendre Ic sort qu'on leur reserve. Presses entre I'Angleterre et la Russie
its sedCuieni Cgalement de l'une et do I'autre. Dost-Mohammed, chassé de
Caboul, a rCpandu l'alarme. Tous les peuples indCpendansde I'AfgantsLan
jusqu'à Boukhara etjusqu'à Khiwa, sont confCdCrCs avec laPerse, qui re-
prend la politique et I'attitude de Nadir-Shah. Mais it est bien tardpour quo
a
Ce plan reussisse. La Perse a servi trop tong-tems d'iristrument La Russie
pour retrouver l'Cnergie dont cite aurait besoin aujourd'hui pour dCfendre sa
nationalitC. Qisant aux Afghans, tour résistance a i'arrnCe anglaise n'a pas
etc (die quo l'on puisse attendre beaucoup d'eux C i'avenir. It est Ce l'intérCt
de I'Europe que la civilis3tion reLrouve to chernin de ces conirCes, qul furent
autrefois son hercean. Mais no pent-on civiliser leg peuples d'Asie sans leg
asservir et saris quo la conquCte en fassedes Russeson des Anglais?
- S..-
Tier on a pariC ii la bourse d'un compiot (jul aurait renverse du trône to
roi Othon ; it est probable quo cette nouvelle nCtait quo l'Ccho grossi des in-
formations apportCes ii Marseille par Ic dernier piquebot du Levant.
Le Semaphore , qui nous arrive par voie extraordinairc, couti€nt la let-
tre suivante
Mal te, 16 janvier.
S
)> Le Sdsostris , qui est arrivC avant-bier de trCs-bonne heure , nous a
a
apporté is nouvelle Wane conspiration dCcouverte Athènes , leg dCtails
manquent , mais la chose est positive; it paraient que les conjures voulaient
forcer Ic roi Othon et La rome it abdiquer, on a embrasserla religion grecque.
Le coup part duparti nusse et donne gain do cause an parti constitutionnel.
Le roi , etirayC d'abord, sernblait vouloir agir avec rigueur, mais it parait
reculer maintenant devant Ic nornbre et La puissance des coupables. Un scm-
blable CvCnement, fait pour ajouter ii toutes leg complications déjà si norn-
breuses des afl'aires de I'Orient, est de la plus grande importance, et it est
fort heureux qu'on ait dCcouvert Ic complot qui devait Cclater le 13 janvier
( pr janwier do l'annCe grecque). a
on
D'unautre có(6, nous lisons dans supplement du Courrier Grec du 9
janvier
Ces jours passes I'autoritC a etc informe de l'existence on Grèce d'une
a
sociCtC secrete formée sous to nom de Philoriliodoxe, dont le programme
Ctait do porter l'unsurrection dans l'Epire la Thessalie CL la Macédoine.
,
a Les plus actives mesures out etC prises sur-le-champ par to ouverne-
mont contre la propagation des idécs incendiaires do cette coupable associa-
tion , et leg recherches ies plus sévères continuent it étre exercées par l'auto-
rite judiciaire ; aussi pouvons-nous , des cc moment , rassurer complètement
Ic public contre leg suites de ces folios machinations. a
Pendant quo ces choses so passent en (hèce , l'Albanie est fort agitéepar la
lutte engagCe contre ies pachas , sur laquelie on n'a pas encore Ce details
bien précis. On a su seulement, par Ic Cornier bateau a vapeur, venant do
Corfou, quo l'Albanie est tonjours Ic thétre de troubles en dernier lieu, le
;
gouverneur do Tepelen a etc oblige do se sauver furtivement pour échapper
a in fureur des Albanais do cc district. Cot évCnoment gui arrive au moment
,
o1 los ayans de Margariti sotit aux prises avoc Mustapha-Pacha, u'est pas sans
queiqne gravitC ; On veut , a Corfou , attribuer cos troubles aux menCes
de Mehemet-Ali ; mais tout annonce qu'il faut en chercher ailleurs Ia
cause.
On lit dans IcSun:
Unc grande partie des habitans do Merthyr-Tydvii viennent d'adresser
une petition a la reine pour la supplier do commuer la peine de snort pro-
noncCe contre Frost et autres condamnés. Cette petition contient to passage
Notts oserons nous permeltre de faire observer respectueusement,
suivant : 'c
mais fermement a V. M., quo i'exCcution de ces condamnés, loin do calmer
,
l'irritation et Ic mécontentement de la ciasse ouvrièro, rempiira i'ame do tons
de sentimens de dCsespoir et do vengeance , et aura pour elTet infaiiiibie do
détruiro cette loyautC et cotte obCissance qui sont la rneiiieuro sauve garde de
Ia personne et du tróne do V. M. Nous impiorons done , en cette circonstanco,
votre royale clCmence Ct vous prions humblement de vouioir bien faire
,
usage do cette haute prerogative qui est to plus beau fleuron de la couronno
d'Angletorre, Ic droit de gr1ce et de morci accordant un plein Ct critter par-
,
don a ces infortunCs aim quo votre clémence leg laisse vivre pour pleurer
,
lour faute. Vous vous attiroroz ainsi leg bCnCdictions do leurs families et
,
vous donnerez un bet et saiutaire exemple do pardon et d'oubli a 'a nation,
qui no cessera de faire les vceux leg plus sincères pour to bonbeur et la pro-
longation des jours de V. M. a

Afficher/Cacher

Afficher/Cacher