Keywords

Add keywords

A N G L F T E it R E.

A N G L F T E it R E.

Londres , ? aaout( a6 thermidor ).
Nos feuilles minis te'rielles parlent avec plus d'assurance
que jamais dune alliance conttrrentale t oi l'Augleterre
aurait entrain jusqu'r l'Autriche et la '1'nrclrrie. Pant
mieux pour rrous , si cola est ; mats taut pis pour l'Au-
Luche et pour Ia Turquie. Au reste , ces sorter de nou-
velles seotent les subsides ; et Pon sait ce qui va foils
arriver , sous ce rapport , dans la prochaiue session du
parlement. Pour ne pas surpiendie son monde , M. Pitt
fait deja insinuer, par ses journaux , qu'il s'est charge de
1'entretien d'une armee etrangere de 8o mille homrnes.
Puisqu'il a une telle armee a ses ordres eta sa solde , it
ferait bier mieux de la faire venir on Angleterre rem-
placer nos volontaires , eL soulager nos pauvi es fencibles ,
fort inquiets , -couirne tout le reste de la nation , sur la
tentative d'invasion dont t'idce s'e,st beaucoup accreditde
depuis quelques jours. Le gouverncuieut lui-mewe agit
comure s'il dtait persuade que cot ei e+rcment estit Ia veille
d'avoir lieu. M. Pitt ne cache pas que telle est son opt-
nion. S. A. R. le general on chef s'cst degage , ces jours-
Ci , de plusieurs parties qu'il avail acceptees , eL en a
donne pour raison quit rte peut pas , darts les circons-
tances preseutes , perdre un moment de vue le salut du
royaurue.
Tout est en mouvemeut parmi les troupes. Los volon-
taires s'attendent a etre requis de marcher d'un moment
a t'autre, Toutes no stations navales rout sur le clui-vivo.
Les batirnons de la cornpannie des Indes , qui otaient
prets a mettre a la voile de Plymouth , ont recu contre-
•rdre. Le gouvernement les a mis en requisition pour

assister nos escadies an besoin : les instructions qni ont
c c envoy ees aux comrnandans de ces rraviies soot tres-
— De toes les membies du gouvernement , it u'y a que
Ie diet qui paraisse tranquille. 11 s'auruse bcaucoup a
B rig tlron.
-- On n'a aucunes nouvelle ni de lord Nelson 1 ni de
1'amiral Calder , ni des 11ottescornbinees.
— L'opinion la plus repandue , relativement aux arme-
mens dui se font eu Ilollande , est que la Ilotte du '1'exel
est destinee it cooperer avec la llottille de Boulogne , et
que 1'escadre d'Ilelvoet-Sluys , ayant it bord de cinq a
six mille hornines , est destinee pour les Craudes-Indes.
cette derniere est approvisionnee pour huit mots,
— Nos croiseurs continuent d'amener daps nos ports
un nonrbre considerable de navires americains. Le consul
des Etats-Unis continue aussi de se plaindie ; on ecoute
ses remontrances , mais on Wen tient aucun courpte.
Gilraltar, 24 juillet ( 5thermidor.) — Le camp des
espagnols recoil, comuie on en fait la remarque, beau-
coup de ienforts qui cornplettent jusqu'a ce jour lenoa,bre
de vingL-deux mute bounties.
La tregateI'Ainazoneest arrivde des Iud1es-Occiden-
tales daps la nuit du 19. -
Nous avons en le plarsir de voir lord Nelson descendre
it terre to 7.o. Cost la seule foes que vela lui soil arrive
depuis Ie ruois de juin i8o5 , ou i1 s'arreta ici avant de
se rendre devant Toulon.
A U T R I C H E.
Vienne , t2 aoilt ( a4 thermidor. ) — Il est arrive ici
un courier de Berlin avec des depeclres tres-impoitantes.
S. 51. a fait un riche present it ce courier.
A L L E M A G N E.
Hambourg, t5 aoi£t(27 thermidor. ) -- La diselte
s'est fait sentir en Moravie , couture darns piusiears con-
trces de Ia Pologrce et de I'Allemagne. Plusreius lrabitt ns
des montagnes situees du cute de Ia Pologne et. de la
Silesie , son t worts de faim. Ce 11eau n'est pas seulenir•nt
l'effet du rnanque de blei, inns aussi des accaparcrnens
auxcluels to gouvernementvient de.rncttrenn tot trio.
Du iG aodt ( 28 thernridor.) -- La finite russ0 clue
croise maintenarit dans la Baltique est de 1.13 vaisseaUX
et quelques fj•e^ates,

Afficher/Cacher

Afficher/Cacher