Keywords

Add keywords

SCIENCES ST ARTS.

SCIENCES ST ARTS.

Inupriincrie.
Avant qu'un allemand trouvbt l'iniprirnerie
Dana quet cleaque affreux brarLoiatt ma patrie
VOLT.
Tons Its arts meujont comma leg hommes; lea edifices s'Cbran-
lent , lea St2tneS tomhent , lea couleurs s'cffacent. Que reste-t-if
dc Phidias , dApelle et de Vitruve ? On lea unite; Leut-être
Theme lea surpsssn- uu me t.on. Main enfln Michel-Ange , inis F ontaa, ri
flisu RuphaCi out pas clix ; it n'y a que lea heres qut rue
Craignent ni It terns ni t'ersvie.
Avant l'unvention de l'imprimenie ,Itshere, e'taient pins rare.
et plus chers que lea piemres prCcieuses. Lea poéunes tPllomère
brent long-terns at peu Connus, quo Pissatruste fist le premier
quit Its mit en ordre, et quiItsfit transcrire dans AthCuses en-
5oo ans avant I'Cre vulgaire. Uoinire vivait 400 an, avant
ristatrate.
Las grecs a'ocupCrent b.asacoup A traflacnireverale terns ul'Ansim.
*58, do Philippe et d'Alexandre; its continuCrent sun-tout cc mé-
tier dans Alexandria.
Les copistes furent trés-employCs dans l'empire romein, depuis
IC tems des Scipions jusqu'a Punoaudation des barbara,.
La Chine Ctait DIcise de livres quand aoua rue saviouss hi hire
In Ccrjre.
Les aralairs seuha en earent depuusIt8' aicle de notre era jus..
qis'au
On no trouve presque point de livres duez runs nations bar-
bares Jus.qu'a Charlemagne; ci depui lul jusqu'rsu noi de France
Jer
'hartes V dit Ic Sae; ci depuii Charles juaqu'A Franpois
C'est une disette extreme.
Charles V fut le premier roi qui fonda one bibliotheque royale,
f quelle, aprCs avoir Ctd long-tems A Fontainebleau , a fait he
..dement de l'immense collection qne i'Enrope admire aujoun-
d h111. ii os-donna qu'on iui cherchAt des hivres de toutes pants,
vuirat A bout de s-assembler qoo volumes, nombre trCs-consi-
4sabI5 , et qui d,'st coi'uter de tres-grandes sommes dams on hems
ii Iprimerie n'Ctait point encore en usage.
Siuvant Christine de Piano, ui a Cent to vie de ce prince
:rit It fli5nttscrit existe dans la bibhiothCque impCriate , qucique
rarlcs si'it trCs-bien It latin * it einployus ruCanmoins les plus
5IV05 hommea de son tems A In tnadnction de cc qu'on Connais-
alors do meihteurs liyre,, tels que In Bible, Ia Cite de
Ic litre du Cisl et du iWonde , la philosophied'ArIs-
te,VIes dax-neuf liens des Preprietés des cluoses, VelCre
'lXisne ,etc. ii Item, Titus-Livius et très-grand'foison d'autrea;
COmiiui sans cesser, y eat maistrec qui grans gages en reCe-
5tent, de ce embesosgnis. a
1 1.OuI do I'reSles , avocat et conseiller du roi, fist chargé par
and,, 10 du rol , do a8 octobre 1371 , de traduire Ic livre de
(te de Dieu. It recevait francs d'or par an , et Cette
qut romiuença on 1371 , liii Ctait encore payee en 1373. 4000
0 tait cc Raoul de Presles qai disait duos son Iangage naïf
LQStt sa,j lettrcsCLcans science 'est sepulture d','tuuuui
Avant l' invention invention d. I'smpnimerle un iticendie ponvart, en pets
451 ILCVOç i&s c9licqQn rilcieua,c ci a-peu-ptie waipaej

one soon. 81iv2tito119er th hu 16ars trialc imtlees e rtcxod4
f)epuis l'invention de Cet art admirable , on peut trsinettrd'e
en ge , comnie Ia tie , Its pensécs des hommes qni n.virort
qu'iin instant , conipard A In stnie des siCcles. Le £i 1 t'
avec le soled le drojt d'iiclairer to monde.
Guttenherg parut et cc prodige exists. Cette jop,, coincd
presqu'avec celles dedeux autres e'véorm'ns, dont Pun a exeref
une action jmrndjiate sur lea progrès de l'esrrlt laiiine!n, lapilisi
que l'intlueuce de I'antre sur ladestinta de 1 humanurd enriCrene
dolt avoir de terme gue sa dorée. Ces deux 4vinenlens sont 1
prise de Constantinople par ics tUrC , qut força les l3tt6rateura
grecs de chercher on asyle eu Italie, et la dccouverte du lNnu-
vests Monde , qui recula pour 1'Europe lea bornes de I'Unlvers.
Harlem dispnt& a Maycnce ira d?couverte de i'lmprimerie , et
pr!tend que Koster Ia mit en usage tour la premiere fois. Gut-
teunber* et Faust poftèrent Cette invention I'un a Ma7ence l'autre
A Paris. 11ais cc dernier ayant vcndts cog imprulnes cãinnie dc4
malunscrit,, cette conformitd dane lea exemplaires fit imaginer qu'il
étaut rnag!cien , qu'iL avait fait on pacte avee le diabie et if faillit
ètre pendu. Quel pair soit Ia premier psi trouva It secret d
fixer 1. pensile , It Monde lui doit des autels. Saris cease repro-
duits, lea ouvrages de !'esprit sont conme le rameau d'orqesi
renait sous Ia main qni It cueille. Lea fails, lea décoiavertea ont
Icquis Ira plus granite publicité; Its lumii'rres soot devenues l'ob-
jet d'un commerce actif, universe1 ; it faudraut on boulaversemenC
entiet dans is nature 'pour lea éteindre.
On sail 9ue lea Etienneperfectionnèrent I'iuipnimerie. On on
compte huit de Ia méme fanuille , qua se sont disputes In gloire
d'avoir ennobli cet art admirable.
La célébre Robert Etienne avail acquis une connaissance Cmi-.
nente des langues et des belles-lettres; it uppnit Part de l'irnri-
nienie sons Simon de Golines , son beau-pCre. Un des premiers
livrcs qu'ul irnpritna fut le Despautere in-f'. It mit an jour ics ma-
gniIiques edition& des bibles hCbraiqucs et latines , et cc, bibles
soot at exactes , quo I'oril méme de l'envie n'y a trouvC qu'nnn
faute. On voit puires , ci iPfaut lire plures. Son naoyen pour être
scrupuleusenient correct Ctait modeste ci infaillilsie. Sirs ëprcu-
yes Ctaient afflchCes a sa boutique et a In porte des collCges; et,
tout Ccoiier 9ui ddcouvrait one tache typographique ganaituzs
so!. Cette methode rapportait aux erufans plus que de i'argent
et sans doute Ce me strait point one heure perdue dane lea classes,
qua celia qui strait employee a corriger des épreuyes. On y ap-
prendrait du moms !'orthographe.
La Trésorde la LanquelatjnedeRobert Etienne, ennvoiurne
in-folio, €51 on chef-d'eavres en genre de dictionn.tir..
Cc savant imprimeur au9uel Its leitres doivent tapt dp chef-
d'oeuvres typographsr1ues pour la correction at la beanie de
earactéres , Robert Etienne Ctait non-.seulement estimC , iviiis
chCri do rot Fran Pr , qui en usait avec iui pliiô ea
savant qu'cn noj. Line tradition constante , attestée par piusie * rs
Ccrivains , c'eSt quo Frnçoia ne dCdaignisit pas d'alIer quci-
quefois visitor Etienne ; ' qu'it craignait niêrne d'interrompre sea
travaut, at qu'on l'a vu attendre quo l'imprimeur st !e recevoir
sans Se dCranger dir sea occupations. Fraisçois I avait Its nsCrsc
Cgards pour lea hommes distinguCa par leur savour , qui secon-
daient le projet pu'II avait fait de redonner la vie asx sciences
pnesque bannies de sea Ctats. On so rappeile qise cc prince aflt€
visiter Leonard de Vinci mourant , et quc cc peintre cClChre cx-
pira dana Its bras du nsonurque. Fraicosa I " savai qu'Augustc
se levait pour saluer Virgile; qise Ce prince disputait A MCcCneli
pnemiCre place dana le caur d'Horace; que Vespssien se faiait
hpnneusr dir l'amutiC de Pline I'aind ; Trs1sn , do celle de PIinl.
jeune; Laurent de 11ei4icsa, de ceile de Poiitien.
Robert Etienne a #td accuse d'avoir emportC a Geneve lea
caractères de Franpois ler, qui l'avait chargd de sirs presses.
C'est one CalOmnic qul me pronve quo des ennem;s. PersCcute
.par la Sorbonne pour ass opinions, it se retina, it eat ersi, dana
cetle yule on 1551 , et laissa par testament tous sea biens a celul
de sirs enfans qui s'yflxerast. Cette vengeancecitla saute qniL
at soil peruse contre an Patric.
Dana si maison , ou lea femmes et les domestiqsaes, parluient
latin , it entretenait dix on douze savans de diverse* nations,
qu'il savalt Cgalenient cannier et ner coin p enser.
Robert Etienne , fliort Ic septerubre uS5q, Jaissa troi.!s;Henri,
Francois et Robert. II cut tin fréje nominC Ctjar!e,, qul hit é-ia
fois docicur cii snedecine de la facultC de Paris , et imprimeur .
cci homuno du roi. Lea belle, 6ditions, sorties des presses de
savant , sont celfesd'Appien, en grec ; at celles 4e Ia Genèse,
en bCbreii. ii colnirosa plusicura outrages et traduisit I Prd1uws
J?u.ctirwn enfriucais.
Acjqu Robert
Le UV uk cthsi des trois fils de Ui etul le PIus

Afficher/Cacher

Afficher/Cacher