Keywords

Add keywords

VVURTEMBERG.

VVURTEMBERG.

Stuttgard, ii mai. —Voici quelques details relativement au
troubles qui ont en lieu le 30 avril dev ant et dansla salle desCtats:
La séance commença I dix heures du rnatmn. L'assemblCe deraiL
preniire en délibération Ic rescrit du Roi du a' , qui Porte que ,
parmni lea trente-deux membres qui avalemit fait des reserves dans
l;sdressetIna4, it s'en (rouvait qui crussent contre leur conscience
de continuer a prendre part aux. deliberations , it leur dtait libre do
retourner dana urs foyers. Cette deliberation eat effec.tivement lieu. le
Déjà,vers midi, la foule se rassenabla devant is salle des Ctats ; mai'
cUe se dissipa , pour revenir, suivant Ies ordres qu'on tIlt lui avoir
donnés, vera tiois heures. L'objet du rassemblement pamalt avoir etC
d'intimnider quelques dutés ; et la resolution prise dans cette séance,
qni eat en opposition directe avec celle adoptCe dons celle du 24,
prouve que cc moyen rCvolutionnaire a porfaitement réussi.
La séance fiat levee I trois heures et demie. Un rasemhIement d'in.
dividus, sue Ic nombre desquels on vane (quelques dCputCs Font
porte I cent, dautres I soixante, d'autres enfin I vingt-cinq), se
tronvOitII'cntrde de la salle des Ctats , et s'Ctaitmtme avancé jusque
sur lea degrés. An moment oà les dputés sortant de la sallq furent
arrives prs de cc rassemblement, la foule cnia :Viycnt irs braves
defenseurs de nos droits sacrds! Pdrissent les traitres!Quelquas
indjVi(Iaa njoutreot qu'ila ne se laisseraient point enlever leur
anciens airoits ; qu'ils voulasent voir les traltres en face,et s'ea
venger en rCpandant leur sang,quelque danger qui pt en rCulter
pour cmix,pour leurs fe mmes - et pour leurs eufans qu'on dcv ait
leur designer lea traitres. a Quelques aboycurs nommrent MM. les
d4putCs Cotta et Gm-iesinger, et dewandrent qu'on les Imur liyrât. Ces
dCputs avaient déjà traverse la Ionic. La pius grande pam-tie des irs-
divkhus qui conaposaient cc rassemblement s'Ctant disperses,envirota
dix-sept d'entr'eux qasi étaient testes demandirent an concierge des
états tIe leur monirer l'€ndsoit ois M. Cotta Ctait cache; Ic concierge
leur re'pondit qu'il Ctoit patti depums long-tems ; mais its refusirentde
le croire, et Its obligtrent Ic concierge I les er.nduire dans l'Ctaga
supCnieur,om\ Us cherclsirent M. Cotta dans tnutes les pices,et
inêmne jusqne dans les clleniinces. Ainsi se termina cette scne. La
unit suivante,on bmi.sa les fenitres de M. Ic ruinistre de VVangea-
heim, et vin t: heures aprs celles de M. Griesinger. Grac*
ii uue erreur des turbulens , M. Cotta Cchappa I cc quits lui reset-
vaient. Its jetètent dans to vestibule tIc la maison voisine,psi est
habtée par une fernme enti,'rement CtrOnere aux étnts , une bou-
teille veniplie d'encre. Lorsqu'ils se furssnt apperçus tIe lcur méprise
its firent des excuses tri-s-polics I cette femme , en l'sssumant que Co
n'Ctait point I cite qutsn en avait voulu. Dieu samt quets sont ceu
qui out provoqtaC Ces scenes lea homnies tie peuvent avoir que des
prCsorn pt ions.
On a vu que, dana In stIance du 2 mal, M. Bnitey a cxpricnC sea
regrets sur Ce qne les excis tin 30 avament nui I Is direct on utile
et .legitirne quon pourrait donner A l'espt-nt du pruple,anquel sent
on doit conNer In garantie de La constitution. a (I j>orat que Al.
Bolley Se mile un pen de dimiger cet esprit public. Le a7 aenil
mu
it r&nurna chez , IVVaiblingen. Le dsir tie satisfaire Ia cli-
riositC du public relativement aux operations tie iassernblée des
Ctats,et l'impossibiiité de recevoir dana sa matson Ic nombre des
curieux , le dCtenrninrent I lea rassembler dons Ia salle (in Conscil
oii it Ieur rendit un cornpte aussi exact que pacifique, et A la suite tIn-
quel l'nsaemblCi se sCpara trauquillement. Cependant Ic gouverne-
ment n'a point approuvé cette dCmarche, et ii a ordouu mc en
quite 4 cut Catd.

Afficher/Cacher

Afficher/Cacher