Keywords

Add keywords

N0 U VELLES -7: RAN GEBES.I

N0 U VELLES -7: RAN GEBES.I
A N G L E T E R R E.
Londres, 25 fdvrier (6 ventose. )
Assemblee generale de Ia commune , du premier
ventose.
Pdtition pour la paix.( Suite, )
Apres une epreuve de mains , dans laquelle une
$rande rnajorite parut en faveur de la motion , le
lord tnaire declara qu'elfe etait adoptee. D7eanmoins ,
Al. Kemble et son parti demanderent une seconde
epreuve.
Le lord maire dit qu'il n'avait aucun doute stir
la legitimite de la decision , et qu'il n'etait point
d'usage daps ces assemblies de renouveller les ehreu-
ves ; mais que cepeudaut , pour dormer encore plus
&'authenticitc a ('opinion genbrale , it consentait a
to demande , si toutefois 1'assemblee ne s'y opposait
Pa3.
tin grand nombre de voix s'eleverent contre ; mais,
la fin , it fut convenu que l'epreuve serait re-
nouvellCe , et qu'on nommerait , de chaque cote,
deux arbitres pour donner leur decision. La majorite
en faveur de la question ayant Peru cette 2e. fois encore
plus graude , le lord matte, sur 1'acquiescement una-
nirne des arbitres , confirme l'adoption de la motion.
• Kernble dernanda alors unpoll (suffrage par
voix. )
Le lord maire repondit que , pour sa propre satis-
faction , it desirerait extreatement qu'un poll pt @tre'!
accorde ; mais qu'ayattt consulte Ie grefiier , lecom-
nron-sergeantet les attires olliciers de lois, it a re-
connu qae ce serait cteroger a 1'usage constant de
ces assemhlees , et qu'en consequence , it declarait
son premier enonce defitlitif,
M. Waldimanlit alors la petition suivante, qu'il
Propose d'adresser a la chambre des communes
Profoudement aflectds des maux inseparables d'un
Idtat de guerre, uous ressentous encore plus vivement
ceux qui rdsultent de In contestation presente , paree
qu'elle est plus indefiuie daus son objet , et plus de-
sastreuse dans ses effets , que toutes celles auxquelles
ce pays at jusqu'ici ete livr6.
)) Nous detestous les guerres entreprises dans le
dessein avoue ou secret de donner tin gouvernernent
a
on eutre pays ' on de s'iinmiscer daus ses affaires
intorieures.
aPcnetrea de tons ces sentimens, loin d'avoir dans
' aucuu tecus approuvd la guerre actualle'uous acoas

fait tons nos efforts , soit par des instructions remises
It nos representans en parlement , soit par des pe•
titiuns adressees It sa majeste et a votre honorable
chambre , pour arreter cette eflitsion du sang humaia
dont , depuis Si long-terns , l'Europe est inondee.
Daus noire petition, presentee a votre honorable
chatnbre, le 26 jauvier 1795 , nous ions represen-
tiotns eotr'autres observations , qu'aucun des objets
que i'on s'etait proposes dans cette guerre n'avait
ete encore atteint ou ne paraissait devoir jamais
1'etre,
Nous y declarions encore , d'apres notre proprd
conviction, que le motif pour lequel Is guerre pa.
raissait avoir ete entreprise , n'etait ni ne pouva t
titre avantageux It la prosperite, a la liberteet a!at
gloire de l'empire britannique , et noes y supplions ,
on consequence, votre honorable chambre de desa-
vouer toute pretention teodante a s'ingerer dans le'
affaires de In France, et de prendre toutes les tnef
sures qu'elle jugerait dans sa sagesse lea plus pro-
pres It amener prow ptement In paix entre 1a Grande-
Bretagne et les puissauces avec lesquels nous sommet:
on guerre.
A noire grande surprise , et nos regrets ioex-
printables , on a malheureusement persiste dans 1s
continuation de la guerre , et depuis it s'est ecoule
plus de ciuq ans , pendant lesquels lea alarmes et
les craiutes que nous avions exprimees a votre ho-
norable chambre , non-seulement se soot realisees ,
mats out ete encore surpassees par one suite de ca-
lamites sans exemple. Nous dviterons de derouler ici
ce long et ensanglante tableau des desastres qui ont
accompa ne cette guerre , ainsi que celui des de-
penses daps lesquelles uous out entraines de fatales
et ridicules expeditions , et des pertes qui en soul
resultees pour notre commerce et les tnattufacturet:
de ce pays.
Nous nous abstiendrons pareillemect de rappeller
lea evenemens aussi multiplies que deplorables qui
out accompagnC la rnalheureuse rebellion dont cette
contree a ete en dernier lien le theatre. Nous no
parlerons point de son affligeante position , ni du prix
exorbitant des denrees qui pese encore davantage stir
les classes tnitoyennes et les plus pauvres du peuple
déjà surcharge par les taxes. Tons ces faits 3 leg
,
considerer iscleinent on reunis , parlext fdtteulegt
en faveur du vote pour la paix, r
I T A L I E.
curia t 27 pluviose, ., Pn vient defaire tine nouvelle

Afficher/Cacher

Afficher/Cacher