Keywords

Add keywords

ptbh1[Ue : cUe consolide la commission estante , et les divers

ptbh1[Ue : cUe consolide la commission estante , et les divers
tabIissetncns (1W en dópendent ; elle &ablit et fixe le mode .
actuel d'enseignement.
Oil assure que i1. le due de Tarent , étant indispos
-
et tie pouvant aller presider It éoHge éectoral du Rhóne )
sera remplacé par M. de Magueval , d6put6 de Ce dópat
leincnt.
- M. le prince de Talleyrand est arrive Paris de sa terre
do \Tileucay.
Dans Ia dü an 3 de ce itiois un brick noi'végidn
- unit 22 ,
du port de i5o tonneau' , allant Saint-Martin
,
avec nfl cizargement dc planches du nord
,
Porspoder ; deux hommes de 1'cuipago mit malheurcuseme!kt
pen , et les six autres n'otit khappé i une mort certaine
{u'avec Ic secotirs des riverains. :
Bouton tie donne plus dit-on , de marques do l'a1tna-
- ,
tiGu mentale qn'on remarquait en mi vers Ia fin des débaLs ;
ii parait seukment très-affectd de la mort de sa fenirne
or noembre rapporte , d'aprs
- Le Courrieranglais cia
une gazette de New - York , une prétendue leure 4crite de
Saint Thomas le 18 septembre , qui azinonce que Buonapai'te
a etd enlevé de l'ile de Sainte-Hèlene par une fregate française
flornmde la Jzinon.Cette fable , dont tons les details sont ri-.-
(liCules ou absurdes iie pout 6tre considdrée que conime titie
,
mystification que quelque capitaine de navire marchand a voulu
faire. La gazette de New-York et Ic CourrierdeLondres s'ac-
cordent a dire que c'estun conte stupide.Nousponvonsajouter
tjue ce conte a été inventé par quelqu'un qui ne connait pas
fl1me ics noms des bâtimens que nous avons en mer. La settle
frdgate qui dans la marine française Porte le nom dela Junon , ,
est depuis plusieurs années desarmée dans Ic port de Toulon.
Lestrojs sett les fregatesque nous avions dans les Antilles, sont:
l'Ardthuse, la Gloireetla Cleopttre. L'Arëihtiseest rentrée
U y a douze jours a Brest , et a rape porté des nouvelles des deux
aatres qu'elle avaiL laissées sons com niandement de l'amiral
,
Dupdrd , mouillées sous le fort royal a la Marthiique. Les der-
iiières nouvelles Sont du 14 seplembre c'est-à-di re de quatre
,
jonrs seulement antrieureS ii la.prétendue lettre de Saint-
Thomas. Au surplus cette fable ne mérite pas une refutation
Sefleuse -_ - (Monieur.)
-

Afficher/Cacher

Afficher/Cacher