Keywords

Add keywords

BULLETIN POLITIQUF.

BULLETIN POLITIQUF.
'L es journaux anglais continuent le systrne de
. ttnonétisation commence contre Don Pedro, qu'ils
s'eflorcent de représentet coLnme en butte a la liarne
de toils les Portugais. Cette conduitc de nos voisins,
dana ut' rnonetit oà la cause constitution rielle est en
j ell , prouve guffisamment qu'ils Wont pas encore
abjure les vieux sentimens d'Go'isrne national. Du
este, on ignore la nature et la situation des ngocia-
lions entatnées avecDon Miguel, par l'intermédiaire
du colonel Have ; tes bruits répandus, a cc sujet,
sont très-contradictoires ; cetui qui parait prendie
le plus de consistance a Londres, c'est qu'iI s'agirait
aurtout del'1oinetneut de Don 1 Carlos du Portugal.
II est assez probable que Don Nitro rejettera une
intervention diplomatique qui n'a d'autre but que
de l'exclure des aflaires, et qu'il preferera toutes les
chances de la guerre. On a dit qu'il &ait d6cid6 a
tenter une attaque sur Santarem ; cene nouvelle
nous parait dénuée de fondeinent ; it préférera plutôt
attentive que les assiégés solent rdduits it capituler
on a se retirer vers Abrantés.
Il ne se passe rten d'intéressant en Espague. La
petite guerre qul se fait dans les provinces du nord,
trane en lougueur. Beaucoup de combats oat
livrés, mais des combats sans consequence ; car les
bandes de rebelles s dispersent a la premiere at-
taque. 11 paralt que Ic plus fort de leurs bandes est
du cAté d'Estella, et qu'ils se rapprochent aussi de
temps en temps de la frontière , dont les postes de
douanes sont tour-a-tour occupés par eux et par les
troupes de la reine. Quant all changerneut du mi-
fliStére, it Wen est pas question en cc moment; en
a
revanche, on park beaucoup Madrid divine charte
à.peu.prescalquée sur notre charte de 1814, coninie
devant être accordëe prochainernent. Elie présente-
nit , dit-on, la nature de hberté que l'Espagne peat
supporter sans danger. 11 est probable que la reine
craindra de trop hasarder, et apportera bien des
estrictionsà la pratique des doctrines libérales ; mais
Ce sera déjàbeaucoup que de sortiE de Ia voie de
l'arbitraire, et ciue de commencer an nouveau ré-
Ine aSSujetti a des regles certaines eta des principes
egul*ers.
On cite un sing&ier traité qui aurait été signé le
22 nove&nbre a Bilbao par les autorités ca&listes et
par notre agent consulaire, M. Ptegnaudin. Pour oh.
tenir la fuse en liberté des partisans de la reine, qui
avaselit Lé etuprisounés clans cette vdle , M. Re-
naudin y stipule les garanties les plus positives de
protecti on pourles rebelles, wit quids tonibent entre
les mains des troupes de la reine , sot qu'ils se i'é-
fugient en Fi aiice, oà on leur promet un traitetnent
be up n'ieiUettrqu'aux réfugiésd'autres opinions.
II faut espérer que Ic niinistèie désavouera haute-
a
)nent Un pareil acte ; on en est inêuie concevoir
comment, dans de pareilles circonstances , U a pu
laisser un stnnblab'e agent a Bilbao.
Lesystème de persecution coutre Is presse et les
opinions hbérales se continue chea nous avec une
grande Constance. Bien que l'arrêt rendu bier
par la aour de cassation, clans l'afTaire duNational,
a
Pose quciqucs lilnites la faculté atti'ibuée aux Ui-
bunaux par la loi de 1822 , i'applicatioa abusive
tiul vient d'en ètre faite tient La presse sons un joug
sntoléiable LeNationalva prendre les inoyens ne-
Cessaises pour se soustraire a cette legislation d'un
autre temps ; mais c'cst ait pays a la flétrir haute-
a
nient et s'élever coutre le pouvoir qui n'a pas
cralntd e l'exhunier del'arsenal législatif de la res-
tauratLon
Les debatsde Ia cour d'assises de Paris donnent
chaque jour quelque nouvelle preuve de la partia-
ilte du president Plus its nsontrent la nullité du
Coiriplot Imagine pour preparer l'ouvertuie des
Cilambres , plus M. Jacquinot..Godard laisse percer
Son desappointen en t. Cc procès restera coinme un
)lOfluIent de l'esprit étroit et vindicatil des horn-
mes du pouvoir.

Afficher/Cacher

Afficher/Cacher