PARIS, 10 M&RS.

PARIS, 10 M&RS.

Le dernier paragraphe de la lettre du geteral
Bugeaud (voirIc journal d'hiei ) nous parait a re-
nsarquer; it seinbie indiquer clairernent. que le gou-
vernetuent scrait dispose a ne I)Ojut Conserver sa
prisonnière jusqifau terine tie sa grossesse , si Ic
parti 1éitiiniste reconnaissnit I'aiitlietiticitC de la
d&Iaration publite par toMonitew.Cest ['incrédu-
Jite settle du parti qui pourrait decider le gouvei'ne-
inent ft ittendre un résultat qui no laisserait plus 1
pasaonaeLa ressource du doute. Le gouvernemcnt
it's,donc pas la volonté de retenir la duchesse jus
qn'au terine tIc sa giqssosse , it utoins qu'on ne l'y
force en niant la véritë des faits qu'il a avancCs.
ette indication nous patait digne de rernarque, i
car cite est Is premiere qu'on alt obtenue jusqu'ici
sur les vues ultéricures du gouvruenient; tn'est
pasprobable que Ic génraL Bugeaud edt rien ha-
sardé snr Un sujet aussi Grave, s'il n'y etait suffisant-
rnCnt autorisé. (Courrier.)
— 11 parait pie leg faits iévélés an sujet d'Alget,
dans La séance de vendredi dernier. par I'horiorahle
M. Gaètan de la Rochefoucauld , et I'annoitce d'uu
débat qai prounet d'ètre attune lots tie la discussion
da budget, puéoccupent séricusement Ic tninistèrc.
It etséricusernetit question de rappeler M. k clue
de Rovigo, et d'etrroycr A sa placeAl.le général
Gnilteniinot , plus capable que personne , par Ia
€Onnaissaflce approfondie qu'iI a acquise de tout cc
(mi concerne l'Orient, de faire enfin quelque chose
de cette belle possession. On n'a obtenu jusqu'ici,
it fant l'avouer, quo de faibles résultats qui out
co4té bien cher. M. Ic ininistre de la guerre, (tans
lee explications qu'iI a fournies a la chainbre , a
pane de deux villages qui viennent d'être établis.
Des lettres que nous sous les ycux portent que ces
villages, qui seront appelés Kouba et flelhi.Ibraliiin,
sont a present méinc en construction. Les futurs
liabitaus vivent encore sous la tente , et 1'adinini-.
iration est oblige de les nourrir. Cc n'est que tout
récerninsnt (lu'on a distribue les terres et assigné
qnstre aipens A chaque colon. (Conslitutionnel.)
- Depuis plusieuis séances , la commission tie
Femprunt grec ayant tertniiié I'cxann des piees
et l'enquête des tënioius appeics dans son scm
pour ijii fouriiir des rcnseiguinens, est entiCe, dit-.
on , dans la discussion appiofondie dc la question
stir laquelle cue dolt presenter des conélusionsftla
chainbie. Onassure que cette question a eté vive-

ment controversée par les opinions contraires;d'un
côte, contre I'emprunt, par MM. Comte etEschas-
seilaux;et de t'autre , en faveur du projet minis-
téiiel , par MM. Paixhans et Damon. MM. [es ii-
mitres eux-mémnes ont pris part deux foisiices
debats , auxquets its attachent d'autaut plus d'iw-
portance qu'ils paraissent vouloir en faire une ques-
tion de cabinet.
On annonce que Ic rapporteur sera nommé lundi
a
p. l. Ii COIflhl)tSSiOfl , et que son travail sera soumis
la cliamnbie avant la flit de la session;alors corn-
utcucemont de graves dissidences. La chambre
partagee on deux camps , et Groupie autour des
orateurs qul , de part et d'autre , s'élanccront dans
Is lice , pourra se disputer long-tents une victoire
dont l'issue reste encore incertaine.
La discussion (IC cette Ioi , par sa nouveauté et
par l'iwportancc qili s'y rattache, ne uianquera pas
d'exciter an plus haut point Vintérèt de is chainbie
et du pays , surtout si, commne on Ic pretend , cc mie
gout pas settlement les Oratculs de l'opposition
mnais encore les riiemnhres leg plus mittens dutier.c-
parli, qui s'inscrivent pour comnbattie l'opinion dim
niinistiic. (Idem.)
- Jusqu'?.m present , Ic iiiiuistère s'dtait term en
deliors des tiavaux des reunions de députés for.
mnécs avec Ic projet plus ou moms avoué d'appuyer
014 tie coinbaitre Ic mniuistère. Aujourd'liui , c'est to
journal iitiiiistériél du soir qill se charge de nous
tenir an courant de ce ph s'est passé clans l'une de
ces reunions:
" La reunion de la rue de Fticoli s'est asscmbl$e cc matin ,
dit k Nozwelljsge. On nous assure qu'on 8')' est occupd des
prolets altribuCs par certains journaux a l'opposition d'em-
ptcher une seconde session , suit en prolongeant outre me-
surslea debats , suit en s'abstenant en masse tie as rendrc
l'sppel de la couronne. La reunion a pensd i l,inanimits
queue dei'ait encourager Ic ministére i p.rsvCrer dana- Ic
projet de convoquer iminódiatcrncnt sine seconde session
comme poucant scale faire cesser Ic provisoire qui attaquc
tons lea intr&s du pays.
a Dans is m6ne r,union , quelqucs inembrem auraicnt pro-
Pose dc s'engager par ecrit a rester pour la seconde session.
Mais ii a 6t9 dCcidC , tgakment 1. I'unanimite , qu'iI n'y avait
pas dengagemeiit i prendre pour l'accomplissetnent dune
obligation rigoureuse , et qu'aucun dpute ne potivant , sans
nvmquerii son mandat, se dispenser derepondre i l'appcl do
mi , ionic proposition A cot egsrd se trouvait superue. On
s'et siparg avec la certitude quo chacun ferait son devoir. a
LeNouyelli.cten'aurait pas dit rester en si beau
dictum ; puisqu'il était en train (ICnarier , it edt
dii units appremidre de combien de niemnbmes
se composait cette reunion d'homnmes si dévoués
iisais ces mnystères lie sont pas diulicilesftpené-
trer, , et nous croyotis que tons les membres qui
ont assisid a cette reunion mie fornient pas (a mnoitiC
du noinbre nécessaire pour valider un scrutin. Cc
West pas qu'en faisant cctw observation , nous
veuillioni encourager leg dputés opposans a aban-
dounem ieiir poste , mnais it est hon de constater cc
que vaut l'encouragement promnis an utinistére par
la reunion Rivoli. (Commerce.
- La lettre quo M. Dupin a adrcssée Is Al. Jan.
beit . après l'attaque que Ic jeune doctrinaire avait
dirigec contre Iui , a dorind lieu a divers comnnien-
taires ; Ic mneilleur , a noire avis , est assurémcnt
celni tieftI.Dupin lui-tnèmne.
AT. le garde-des-sceaux s'étant approchd de lui
pour ic f'élicitcr ironiquelnent de cette démnarche
conciliattire : .' CeIa no prouve qu'une chose , a ré-
a pondu l'hoiiorable pi'ésideut , c'est que si M. Jau-
• bert avait étd fouctionnaire sous flies ordres , je
• tic l'aui'ais pas destitué pour avoir émisUnavis
• contraire an mien. a
- Les journaux dim New-York du 16 février nous
arrivent. Des deux grandes questions qui tenaicut
en suspens t'attention généiale , l'élection du p-
dent et la question du tarif, une saute a été résoluc.
C'est L'élection du president (jut a 6t4 décidëe en fa-
veur du gétséral Jackson. Voici comment se souL
répartis lea votes entac les divers caudidats.
Pour André Jackson, de Tenesséc, 219
Ueitry Clay , de Kentucky, 49
John lloyd , de Virginie , 18
William Wirt, de Maryland, 7
M. Martin van Buren a été en mérne temns Iii
vice-président a une usajorité de 140 voix , surAl.
Sargeant , de l'état de Pensylvanie, qui a obtenu le
plus de suffrages ap'rés Iui.
La question du tarif est dans le.italu quo.Le
nouveau tarif propose par le gouvernement n's pas
été accepté par to congrés. D'un autre côté, M. Clay,
de ]Ke ntucky, a présenté an sénat an tarif, qul est
sot! oucrage , qul a obtenu une Premiere at une se-
conde lecture, at qui , le 13 février , a étë renvo!é
a une commission.
- Les médacteurs del'd,nide le C/cartede Nantes
viennent d'adresser la laura suivante a M. Dubois
depute de Ia Loire-Inféiieure , inspectcur-géneral
de l'lTniversité , destitué pour avoir parlé en pa-
triote contra Ic mnaintien des pensions accordées aux
chouans
Honorable madataire
Lacte de brutalitg minjstérielle gui vient de vom frap_
per , et Un nouveau fleuron attache a votre couronrn ci-
'riqise.
En votat contre Ic maintien, des pensions accordóee az
chouans , vous avea dignement rCpondu a la conflance des ci
loyens (IC la Loire-Inféricure. Route CL mCprisaceux des
ntres qui out manifestd one opinion contraire
Le fruit des aurora do peuple no doit pas Aire pour les en-
nemis de son bonhe,ir et dc sa IibortC.
tpres la gloricuse r.iyolution de juillet , conserver i la

cbouannerie Ics pensions dont Ia restauration I'a'rait dotCe,
c'eat encourager let artisans de la guerre civile;c'est insulter
aui manes des citoyens morts pour Is dfeuse de nos droit,
c'est consacrer Ic monst.rueux et liberticide principe de Is
qusi-ICgitimité , invente par et pour les hommes du lende-
main de la grande aemaine. . . et vous l'avca bien eompi'i
Eece'rez , honorable representant , lea remerct,ncns et les
felicitations des patriotes de is Loire-4nferieure. Uric fonction
publiquc n'cst rien , I'estime gnersle est tout. Vous avez
p erdu lea bounce graces duministére, mais.ous avcz conqois
Ia reconnaissance nationale. Iln'en .st pas ainsi des hommes
tInt VOUS out destituC;its conservent leurs places, mais leur
amour pour les chouant irs fait honnir de toutela France.
None sommes, etc. (Suien: les signatures.)
Nantes , It 8 mars 1833.
- Depuis clue le clergé ne lègne l)lUS en Fiance,
it Se plaint d'ètre petsécutL C'est une singulière
pelsécution que colic qui consiste a recevoir de l'état
tine cotation (IC 36 millions , et d'y joindre un casuel
an imioins 6gal. Au surplus, les prétcadues attaques
dont it est l'objct , ifont dimninué en tien l'esprit
d'intolérance qui aiiimne quelques-uns de ses prilici-
paux tnemnbres. Nous allons en CiteL' un trait. (Jo
aflcieIi louctionnaire vient de inauier sa flue an fits
d'un bomnme qui occupe aujourcl'liui un etnploi
eminent. Le jeune bonmmne étant protestant , Ic curé
(Ic la paroisse refusa de béiiir l'union , et renvoya
AM.I'archevêque. La mere de la jeune flue a fait
une déniarche personnelle. Le prëlat lul a rëpoudu
sècItemeiIt: Madame ,ya-I-il urgence ?La niatlicu-
icuse tiièi'e s'est retiree La rougeur sur Ic front. 11
Isous scmuble , a nous , qu'iI y a urgence quo les
hauts fonctionnaires dc l'égtise soICnt plus décens
sinoil darts leut conduite, dii mnoi us dans leur langage.
(Conslilutionnel. )
- Loraque IacholCra exerqait a'rec taut de hriitalitC ses
ravages dans Ia dCparlement de la Seine, on aiprit aver in-
crtdu}iLe que dans plusictirs villages des environs de Paris,
Is gente gallinacce avait pronvé Ics funestes diets de l'Cpi-
d,.niie. Mais ne yoih - t - jI pas qu'aujourd'hui un docteur,
metnbre (IC la societe de mCdecine-pratique, a commuuiquC
M cette docte assembhc une observation de cholra-a1gide
chez on perroquet Igd de deui ans et demi. Le pauvre volatile
ftit piis, dana lea premiers jours de septembre 1832 , tie o-
missensens Sreux et inopinCs , et do djairhee sanguinolente;
Sc, souffranees parainaient trts_grandes , ii se tenait accroupi
sur son hlton , lea ailes basses, le bee ouvert et haletaut,
la figure guppec , lea yeux ternes et eufoLCCS dans Icur or-
los paupiires noires et demi-fermecs les cW3 du bee
bite , is ,
d'une teinte bIeue-gristre , ci los pattea d'un froid glacial,
tandi, quo la ebateur do corps etait très-prononcCe , lea nsou-
vernens do scour Ctaient irréguliers.
Cci oiscau etait depuis dcu'r heures dana cot état ,lorsquc
la dame i qui ii appartonait , Sc rappelant les effets de lent,
imagina de plunger le malade
froide dan; lea ens analogues ,
dans on vaserempli d'eau sortant de la pompe. 11 ParLtt Sn
trouver mieux après one immersion do dix minutes; main
l'amdioration naugmentant pas, an bout d'une lieure , on le
sournit an courant de In pompe mme,qui liii versa de l'eau
en forme tic douche stir tout Ic corps pendant on quart
d'heure. Le perropset supporta cette affusion avec on con-
tentenient remarquable ; mais le frisson 6tant survenu , on
l'cnveloppa dat,, uric mousseline , et on Ic tint Ic plus cliau-
dment possible.
La soif s'tant manifests5e , on lui (it boire itaecesiivement
do l'eaii sucrie ; pttis de l'eau ,iclulcorCe avec le sirop de
groeiIIe , qli'it prit avec avidit. Deux cuilerCos do sirop tic
grenades suffirent pour faire esier 1* diarrlie.
Dc cc moment lee aceidens cessérent. Après uue dike sti-
vêrc pendant ciuq jours , Ic perroquet reprit son appetit et
sat habitudes.

Afficher/Cacher

Afficher/Cacher