Keywords

Add keywords

Nous avons peu de chose a ajoutel a cc laugage

Nous avons peu de chose a ajoutel a cc laugage
fertile Ct thgue. M. llcsjobert a Ic courage de ses
opin•to1s ; toujours it Ics a prolessécs avee franchise;
Jalilais la Crainte d'art tcIiec ou l'esprance Wall
succès ne le Iaiafait dissitnuler. QiIaiid done ii
(lit : ai Je lie SUiS pas rCpublicain ; sije l'Ctais , je
a I'tvouerais s' On doit Ic ci -oiie.
Mais que ditons-nous des gens quit n'osant atta-
quer loyalenient la candidature dun liouwie liono-
rahe ct put • ne rougisetit pas de spcaler sm la
crCdulité quids supposeut aux 6toyens qu'tls ap-.
peIIet dédaigneusenientLa masse éicctorale, pour
aectCditer Jes bruits les plus ahsurdes et les plus
. •oalieiix ? Ces gens , its sout bieti forts datis Ioinbre.
Mais inettcz-lcs an grant! jour; portez-leur le dell,
tion deprotwer,mais seulcineut derCpéter tout
hautlears dires; et pas un d'eux n'osera articuler-
eti face cc qu'iIs insinuent tons it demi-s'oix
pas U itosera appuyer de son tétnoignage, on du
teinoignage d'urt citoyen conan, ces faits Iâclierneut
calouinieux , que leur inventeur inétne a soin de
ne presenter que cornme des oui-dires.
DOS explicatious frariches et loyaJes , des preuves
irrCcusables aux yeux de tous lei botatnes qui clae-
client siucèieiieut la vCritC • voill ce quc M. I)esjo-
bert a opposeauxfc.cezzti licbile.ccontre lesquels it
est oblige de latter , et c'en est assez pour déjouer
cotuplCterneut tears inaticetivics auprès de tous les
bons citoyens.
Cette election a &té pout nous I'occasiou d'une
d'uie 1,6itiblc poiémique avec on fonctionnaije dont
jusque-JA noun aitnions ii nous rappeler et a fiire,
ressortir les honorables antécédens. Ce West pas
sail; une profonde douteur, on pent nous en croire,
(JttC UO1S avons rotlipu des liens forinCs par une
longue eon liaternité de Lu tte Coritre l'arbiti'a ire et
pour laIibei-0. 11ais nous Sotnuies de ceux qui
pensent qUC tOutes ICS consid6ratl0lis personnelles
doivent se taire devant la vCrité et lintérét général.
Si nons avcns applawli it la proolotion de nos atnis
politiques a d'iinportaiites -fonctions , ctait a Ia
condition que lL its conserveraieut lea principes
queiieinble nous avons soutenus. Du moment
quids les out foulCs aux pieds , du moment que Ic
dCsir de plaire an pouvoir et La resolution d'obtenir
de l'avancemeit a tout Prix leur out fait proelainer
et uiettre en pratique des doctrines qifils avaisnt
eu-nièIfle fltties en d'autres tems, tons InCnage-,
i1lIns out dii clispa,aitre , et ii a l)ien faltu , quoi
(IU'il 110115 eat cotitt • faire entendre tiii laiigagc
sévère CL dCinasquer des intrigues qu'aucun noaa
et aucn souven u tic e ptuvent absoudre.
Dins cette afihigeante corijoactwe . an rapproche-
mcn- t , (jtLi i'aura Cchappt a aiicuii de nos Icteu*s
a été pour nosUfle douce et rèelle con3olation. Eli
ouvrant nos colounes aux theories tectoraIcs de
M. Cocagne , deveuu sous-préfet et aspirant & une
prefecture , iious 110Msoinines souveiiIi que na-
guève uri-autrC citoycil , tloi -it Ic flout flit long.-tins
asocit flu sieri ( Popinion libraIe , M. de Noyelle,
appela l'attention 1) tl1Iique suE l'Clection de Neul-
cbâtel , par uiie Iettre airesséc aux candidats , que
nous nous etuj, ress rnesd'insCier dans tioLe feujile,
pircequ'elIe posait neltetiieiit les questions vitaks
quechaque Clecteur a Ic droit et le devoir dadreaser
a qtiiconque lut deinande son suffrage.
Celui-h du moms , iious en avons l'assuiance
eat reité Eidile i\ sea I)1iCiPC8. Fonctioiiiiaii aussi,
tunis pat ladoubls lontC dese concitoyeiis ctdu
fbi , lxLtIi-I it'a enagC sa you i aucuit des candi-
dats. Senleiiieiit , ell les pI-ovoqLuIl (mis A s'expl-
quci' catCgoriqieIfleUt sur Ieuis vile-; relatives aux
auht4JOratiOflS morales et inatérielles que réclauteiit
les Iioiiinies Ccl,iiiis, it a asses prouve qu'il votersit
pour celni quA se inontrelait Ic plus diguede Ia-con-
flanc du pays.
Ausi, qeleqUe suit sa d&teriitiuàtioii, et cc qise
1100.5 savoiiS de ciacuIl &es candidiLs , ne nous
tilet })IS SIC La croiie douteuse , foils aiitioiis a Ci
set. qu'el!e exci•cei .a stir l'Clection une liejreuse et
salutaire iiiflueuce; car les CIecteut, qul se i-Cvoltent
justement A L'jdé d'être traitCs coirinic Uli tronpeati
don les you; sent acquises a 1ui s'en est nile fois ciii.
paiC , aiineiit a rattaclier aux cttoyens Cclairës
(liii ilt procèdent que- Pit - des appels a leur i-ison
a Icu r pau-iotistue et a leur intelligence.
Etall surplus, comment cst-iI possible, is noiiis
tI'éti-e aveugk par L'atnbitioti ou par l'intCrèt • de
balaticer entreles concujiens qui Sc prCseutent?
Dinaeót( , tell noble vicointe , (us de pair de
France, et vcnant dcininder a la bourgeoisie l'nt-
ti ci ii n ti d u fief I iCi -Cdiaire que la i CvoI ntiofl de
jtiilel s dcti-uit , gen dre d'uut des ininist res ilout it
aL1latt * coiitióIer la conduite, et du ininistre qw
Il16Ittt victit de tare ajourner •\ l'aide
tie so1ihiiiieg Is propositions d'Cconowics pie
seutCes acce taut (IC I)onUe fill CL de luciditC >:t&
M. Laflitte. .
Dc l'autre CcL*. , M. Desjobert , cultivateur clout
la fortune Ct les uayaua petsonuols sont depuis

long-terns consacrés a l'aanélioration des procedCs
agricoles ; inembre dii conseil general du départe-
nielit, oà son patriotisme eclaiLe et Ses etudes coii-
sciencieuses out etC assez apprCclCs , q u e dam
cette asseinbtCe , dont les opinions -sonc bien con-
flues, it ait Cté ttoiS fois appelé par ties co)lègues
aux honorables foactiotis de secretaire. ; eiifin , ci-
tOyen dCvoué , dépoutvu de toute autrc ambition
que celle d'être utile i son pass et qui joint aux
idCes getiaraIes les plus Clevees, la connaissance pra-
tique des besoins et des intCrets du département,
et en particulier de I'arrondisseinent de NcufchteI ,
auquel it apparlient.
Tel, sotit , car La candidature de M. Patry est en-
tiCreinent abandonnée, lea deux hommes qui se
présentent en cc niotnent aux Clecteurs. Lear choix
en fareut deM. DESJOBET pothraiL-il être doti-
teux?
-.-------

Afficher/Cacher

Afficher/Cacher