Keywords

Add keywords


FRANCL.

PARIS,ig Mars.
LES JOTJLINALJX MINISTERIELS.
It y a deux jours, l'hypocrisie de la moderation tajt
Vordre dins le camp des absolutistes. Les offenses adres-
sees a la eliambre des députés dans leihnoire au Roi
étaient desavouées avec une affectation de décence et de bon
I ton. C'était prohablenient calcul deboules pour le vote de
II
!'adrcse. Aujotird'hui ,lefameux Më,izoirr ne serait rien
Dmprau
IS
Blanc ,la Qtwctdienne , et l'acadéinique Universrl liii-
niêuie , qui donnait niguère de si belts lecons d'élégance
ft sont unallimes en injures et en outrages. Nous ne savons
II pis 'i y a beaucoup de courage !1 se déchauer ainsi couti'e
uti polivOil' qui peat-être va huiir demain ; inais Ce que
lions soinines plus cuiieux de S3V0iI'
ii encore , c'est jusqu'à
quel point l'exercice légitiiue d'uu droit constitutionitel
pent etre ainsi iivré a la caioinuie. Quand Ic 1oj accueille
avec la Inesule et l'attitude qui lul convienuent leg doléau-
cesdela chanbre des deputes, leg ministres auralent dt,
) flu ,imoius par prudence, temperer l 'insolence de leurs am1iis
fois et si vile leg pemisécs de I
guerre qu'ils nourrissent contre leg prerogatives parlemneri- I
taires , tout aussi inviolable.,; et tout aussi saeiées pie La
prerogative royale. Nous Copious quelques pssags de lemim's I
journaus. Nuns rendions cotnpte deinain ii la justice de
pietendues offenses 'a [a royaulé ! Qui (lemflandela rasotm des
1 oflenaessi gratuiteimient dCversCes stir Ia clianibre des de.
I putés? l'erswmne sans doute! Mjs la France i.coute et juge.
II Globe,) '
Q1TOTrnIErSNE.
ii
mm Enfimi notre position politique est nettenient dessinée•
la monarchic gait a qui elle a affaire ; die vient d'êti'
) a initruite olliciellenient des intentions de ses ennenija,
I Denxcerit vingt-deux liornmnes qui ont prtéserntentde
a fid&itëau Roi, ont sanctionnC le premier uiianifeste de
jj ii la revolution de 183o , iévolution qui commence par
a
II une attaque (lirecte Contre la prerogative royale , an uiié- II
I! a pris des droits consacrCs par la Charte , et par uue in-
' a suIte 'a la pei'sonne du Hoi , insulte directe , ainsi que I's j
7) Ctabli
II M. Berryei' , insuRe incouistitutionnelle , quoit1ue
u, l'etue de toutes lea fbi'ines (le l'éclectismne liberal , et
i' enveloppCe de toute l'obscuritC tie la muuCtapliysique doc-
I a trinaiie.
Ii a Uric coterie composCe des 'vieux debris de os assein-
II ' biCes popuLaires , des tristes testes des janissaires de Bo-
II " naparte, et grossie d'une trencaine de retiCgata do la
a nionarchie , qul omit pris 'a La remnoI'que Ia vieille ga-
I lure de la revolution , a voulu nous donner Ic spectacle
II mu d'une atteinte pol'tCe ii Ia u'oyautC par Is souveraineté
1 du penple. . . . La coterie quu vient sl'obtenir cc trioun-
a [uliC fi depassCen deux jours I'aouIace dii La constituante ,
II n et a fait pi'essçntir lea futeurs des corhms. It a dtC facile ii S
1 a de deviiuer queue était liaise en jen par lea liabile5 du
parti qui out garde ic silence et dirigC leg nianiuvi'es ;
"
Il a fCticutorus-nous dmi succès d'up1iel nominal qu'ils vien- J1
lieuit
II votaicilt des adr esses insolentes et allaient im1mutei' le
I mu Bui dens son paitis us av,uieiit mierriile ens des tan. II tiances
,
i bourga soule%'éa cent mule Ilomnines armujés it lemurs or-
Y) dt'es , des assassins 'a Ieui' solde, eti t somstu'ageaient un
I
I)prince (liii leur utait IivrC saws defense par Ic chef des
I
leg
fartieux. En i83o , niencurs du Patti Wont 'a ICLIr
' disposition pie Ia book qu'uls laisseI'eult tomber hier Il de l'Etat. On pane plus qttejaliiais de M. Dudon.
I a
dana l'uine ; mis auront 'a i'épondre un Roi qu'omi n'a 1
I a pas encore dupouu!IC de suit autoritC, qui eat entourC
' d'une armCe clCvouée aPPUYC par une paine tidè!e et
Plusieurs nieiea demandemit encore que cette franchise I iibu' a qui sera defendu au bsoimi par I amour de tout son pen- ,
a pie ; 'a un Roi qni , aver: uti front sCvère , uleinemuclera
I " coiiipte de sa volou,lC ulléconm)ue de sa prerogative atta-
,
m, qtCe CL de sa Chaste violCc. a
1,E DaApEAU arc
a . . . . Qmte va.t-ozu faire de cette adresse incolenitnent

I) respectueilse , poliment factieuse, et qui West qu'nnt
I) sigtiilicatiOfl de suzerairietC et tin appet d'Iaonimnags
I, de la détnocratie euvers la monarchic.
L ' IIISIVERSEL.
C Vingt-nne voik ont assure 'a I'oppositition tine nia.
I) joritC de quarante suffrages , et talus (IC quai'ante inemn-
I) br.es des fractions Delalot et Agier pouvaient conserver
ii 'a la di'oite I'avantage qu'ils out folicmnent reportC 'a Is
a gauche. Ces homnmes ,quede inisCrabies calculs , (11
S vaines animnositCs , out enti'atnés dans une defection lion-
• teusc , que n'écoutaieilt4I5 Ic cm'i de leur conscience ?
• Que ne cé&Iaient-ils 'a d'honorables souvenirs , aux re-
I) mnords lure mimit réveiller en eux la noble profession d
'I foi de M. de Pas de Beaulieu? La cliambre restait alorc
t, respectueuse et fidIe, et ne iépondait pas 'a nile auguste
I) cotifiance par une adresse qui doit aliliger Ic eceur du
I) lfloima'c1UC.
a 1-lonte acts transfugea ! cc sont eux qui calomnient La
nation par Ia bouche de ses reprCsentans; cc sont eu
a qui , sous de menteuses apparences de souiiiissions et
A de respect, insultent 'a la mnajestC du hone,, brisent Ia
a prerogative i'oyale , et imposent violemrmtrit air prince
a lent's Itaines Ct leum's i'epuguances; cc aunt ceux qmmu atta-
a client aus annales de la cliambre une page qu'einprun
a tera I'Iuistoire pour lea juger coiiiuiie noes leg jugeozis
a avant dIe, a
Ailleurs 011 lit
u. L'afTlueuce des curieux attgnlen(e it chaque instant.
a On entouime ceux qui sortent; on lea presse, on lea inter'
a roge. Chaquc groupe offu'e uuue alternative de visages
Y) rayon nans ou consterntis auxquels se mélent de loin ems
mu loin quelques figures sinistres. Nons nous rappelons in -
a voloritairemneuut ces joiesfe'roces signalCes en iSo par
certain premier prCsudeut qui depuis.....Mams it Ctait
a royaliste alors.
II Le mninistre a CIC pins imprudent encore clans La réjrnnse
II qu'il vient de faire it l'adi'esse de La chanibre clue dans
II Ic mnamuileste du i uilara. II continue 'a engager ii rovaut ti
II dans des questions qui ne concernent que Iui. C'est en Jul
I q ue Ia chainbie a dCclarC mnanqner de confiance , c'est ii
ii lu iqu'eIle a refuse son concotirs. Fidéle 'a la ml et aux
,
ii vi'alCS doctrines reprCaentatives elle a sCparC la m'oyauit
si
II de ses ministres , cUe a invoquC dCcision supi'uuue (OntI4
Itutr existence peitui'batrice. Loin de porter atteinte 'a ran.
I torLtd du Pcoi , elle y a done recouru.
Le ministèt'e confond an contraire I'mmsage tie cetle
ji autoritC avec l'autoritC muuiie. It attribue son système a
I Is royaUtC, qui tie doit pas en aroir d'autre que ccliii que
uCciamne ['intCrt du pays ; it fait refiaser i la royal-1.16 un
Iii
Ii coiucours qui n est refuse qu"a ImiL C'est entendre It
i'oyaute couflmfle pour la monarchic abolue.
l
Du reste cette doctrine anti_coristitutionnelle et on nus
I! P" paspills dangereuse , prCvaut depuis sept mnois. A
1 dater du S aott , le mCpi'is des Inajorimes a éÉé procaine
et la prerogative hunitCe par lea conditions i'eprésentatives
I
puisaule1
II a faitplace 'a la prerogative ancienne et toute
L'expreasioit des sentiiuiens publics , mnCcontlue tians la
I
presse, l'est 'a present dana a cliainbre. Ou cette tenIance
II
ati'étera-t-e[[C ? ( National.)
(I
Il se conlirmne que M. de Chabrol refuse de signer des
1)0115 m'oyaux,SC f ondant avec Line parfaite raison stir cc
ul'ai'i'acluei' ; quauuil Ic z'uiroutionhiaires di' Sq et de jI (1Ue Ia session deineure ouveite nonobstant Is pI'orogatiomi.
II par mica onion.
La loi antorise le gouverneinent 'a subrenir ,
aux seules dépenses urgentes et ilnprCvnes et
3 ,
seulemuient dauis I'intcrvalle des sessions. ,
II Cette rCsolntion u$quivatlt 'a flue dCmnicsion. II faut (IC-
sormais an dCpai'teiuient (leg finances Un honinie mmioin5
Ii scrupuleux en lait de Legalite et de respect - pour leg deniera

Afficher/Cacher

Afficher/Cacher