Keywords

Add keywords

Jejtkton.

Jejtkton.

PAYSAGES ETHISTORIETTES.
N7 II.
VOYAGE DE IAR1S A LA MElt. ROUEN.
(Suit e . — Voir to ntiméro du Si Octobre.)
A d'uxpas du triste monument de i'ingratituderoyale,
est Ufle Porte (
flu t1i apeati IltaSi-gOthique an cintre de laquelle Ilotte
Sudos ou HOtwëgieti,je tie sais pas bien Ieque.
POUSsez
le 'iCUx battant de bois Cl cnttez (billS la petite
Cour . ,
ëtes 6 Le POrtier Yong Ole son chapeau, ci sachant que vous '
tranger, it Siricljtie et relourrie asa loge sans rien
dire.
Votis &es ctiez 1%I. Mathéus, l'un des notables du
commerce roueniIais
ilevant
Vous S'éiève tine petite
loureite brodte inaison 11anque d'mine
dc sculptures Vous lea croiriez faites d'hicr
ces Sculptures ravissanles Vjcj dcsarbres qui ont POLISSê
et henri dims la Pierre ; void des fruits qui djsent de
les cuejilir VOUS
do ; VOUS enteudez la Il(ite du berger et Ics clients
la beigere qui
reptiles, a gardent leurs troupeaux ; ces hideux
Ic long tête dedjabje qui gnirupent en vousregardaut
des fenétres rient et grincent a faire trembler-
Cest une tourelle qi'on voudrait iouvoir metire sous
Terre n'etjl pas vraj ? Cc n'est pourtani quo to moindie
Penile des chefs_d'uy res de to petite maison.
VOyez a
Coignure. Sur queue magnifique galerie la tourelle sert d'en-
nit socle de Sept pieds de haul, montent des
Pilastres chargms de candtMabres et couronns d'arabes-

Clues qui soutienneutsix arcades a ceintre surhaissé. Au-
dessus de ces arcades, dontehacune est unc fcnêtre, voyez
7 1 1 I, riche entablement! Admirez les six panneaux de la
incroyable bijoutetie de Pierre,
frise, nonage immense ,
tonIc ruisselante de religion et de poésie.
et tombez it genoux de-
Regardez en bitS inaintenant ,
vant Ics bas-reiiefs qui composent Ic socle, dégradé comme
Si toutes les charrettesde La villey fussent venues hcurter
leur moycu. VoilIt les cinq Iameui bas-reliefs du Bourg-
car c'est l'hOtel du llourgthcroulde; to pa-
theroulde ; ici
tnimoitie desLeroux,qui y étaient niarchands.
a
Un artiste, de qui l'histoirene sail pas mmc Ic nom ,
point la-dessusa coups dcciseaul'entrevue dm4 canmp du
drapd'or :one allégorie, pent-dIre, pour faire connprcn-
dre a Ia postérité que leg fondsteurs dc l'hôtcl labriqueleut
ou vendaicut du drap C'est bien lb Ic camp commne it fut
dressé en Picardie, mIre Cniines et Ardrcs, l'an 150, avec
bole sa pompe, sesjeux, sea tournois, et le combat do ma-
gnificence quc se livrèrent lea grands rois Henri VIII et
Francois I", toes deux si dignes i'un de l'autre, bus deux
grands brôteurs d'lztrétiques, chacun S sa mauièrc, tous
deux grauds destructeurs de femmes, avec ccttc difference
portant, quo I'un faisait tuerles siennes par to bourreau, u
l'au tre par leurs mans. Les chevaux content, lea hommes
vivcflt ks enseignes ilottent clans CCS bas-reliels .qui
, de Be-
remnuent Neil comme laDefaite des Cimbres ,
camps.
Vingt lois lea Anglais sont venus offrir des tas d'or It M.
MathCus poor emporter les cinq chefs-d'euvre It West-
minster Cl j4 MathCus a refuse. Ilonneur It lui Nona
, !. ..
autres gens do Paris nous yendrions aux Anglais le
, ,
iombeau de noIre pete.

Ce qu'a fait le propriétaire actuel de to maison de
Guillaume Leroux n'est point an reste Ic setil exein pie
, ,
de dCsintCressement national dont lea Roitennais aient it
clans la vilaine
s'énorgueil4ir. II y a tout prCS de l'hôtel ,
rue de la Pie, tine pauvre maison bien chétive et bien
noire ; inais sur so Porto est écrit on leltres d'or :Ici est
ne,le 6juin1606 PIERRE COImNEILLE. Danscette mel-
,
son comme la vie de celul qu t
, Si gtorieusement modeste , i
l'hahita , vous trouvez aujourd'hui un marchand de clous.
Quand on dCcouvrit quc c'etaiL là Ic lieu de naissance do
Corneille it y cut des amateurs qui oiTiirent a un serru-
,
ncr, qui battait Ic fee dens (a chambie do l'auteur do Cid,
beaucoup d'argent pour quciques meubles Clue ('on suppo-
Siit avoir appartenu an grand. homme ; Ic serrurier.Un
Petit artisan chargd tie famille, ne voulut ricn vendre
mais ayant appris ensuite que l'administration municipale
travaihait a Composer Ut) cabinet d'antiquites, ii mi donna
gratis Ic digne ouvrier tout cc qu'il avail de Corneille.
, , ,
Aujourd'hui hélas ! lea gens riches no font pas mCmne,
,
pour lea reliques de Napoldon que Ic pauvre scm-curler
, cc
de to rue de la Pie cut 1i noblesse de faircjadis pourcelles
do Corneille. On en trafique honteusement ; On los Cctmatgc,
on les exporte, on les jeue au vent comme do to poussiCre
et de la cendre. EL ponitant.la post6ritt est déjà venue,
mon Dieu' Domain peut-Ctre toutes ces choses quo Na-
, ,
poleon a touches et aiin&c toutes ces choses seront d e
, s
antiquilCs aussi.
après tout ! pourquoi les hommes
Mais qu'iuiporte .
auratent-ils plus do respect pour cc qui a appartenu It Na-
poleon Bonaparte que lea dvénemens n'en out eu pour
,
ce qut I'appelle Napoleon Bonaparte? Quand une 4010-

It
cable fetalitC semble prendre tâche d'abaisser au plus
triste nivedU to descendance du héros.ai-je encore I
droit de woos )rier, ô mes concitoycaS ! d'être moms
inhumains qu'eIle ? C'est done une nécessité invincible-
a
inexorable , quo , lorsq.ue Ic vent du maiheur se met
soulll'r sun utie famille
, it flétiisse et fasse tomber tout!
Ce n'Ctait pas assez quo trois tombeaux se fussent éievês,
a l'ombre immense du tombeau de Sainte-Hélène
, Ic
tombeau do iluel celui de i0ne
, , celui do Rome ; cc
n'etait pas assez de trois ombres : JosCphine
, Charles
- lietitia ; la fenitne . le Ills , Is mere jlugCant ; la mnOrt
n'allait pas assez vile pour la desolation do to race impd-
r i ale ii a latin.
, .
Laissons cola. Lançons-nous a travers cette foule do
vicilles maisons en bola sculptCessi délicieusernent, qul
'Ctendentde la -place de to Pucelle aupar%is Notre-Davie,
Cu nous rappelont par leur abord modeste et loon ensci-
gue toute nutie , Is simple et loyale boutique de nos an-
cêtres Laissons derrièrenous to talais_de-Justjce
, magni-
licence gothiquc pour laquelle on ferait dix foisle voyage;
n'oublions pasqu'au Palais-de-Justice touche une maison
do to rue Saint-1.6
, et quo do cello inaison quo drapent
lea contours de juillet
, l'tnm des plus nobles et des plus
courageux organes do Ia pressi dCpartemcimtale, IcJour-
nat de Rouen
, êlève cheque matii sea milk you. Salut,
notre gCnCreux conFrere! salut a votre ardent ami Senarii,
it gloire do barresu normand ! Passon sous La route tIe
la Grosse-Horloge
, admirable pont jetC entre detix an-
tiquité; bien prcieuses
, la tour du BetTroi ci co qai fut
jadis Ii Maiso a-de-Ville
, au tents oft Rouen tiortait In
nom deVilla (Insealigue.
.
On ne peut vaitnent faire cent Fai id sans se h urter k

Afficher/Cacher

Afficher/Cacher