Keywords

Add keywords

COUR D'A.SSISES.

COUR D'A.SSISES.
PRESIDENCE DR M.S1 AIIRE.
Audience des18et19mai.
MARL ACCUSI D'AVOIR TLJIc SA FEMME.
Le 19 janvier, dans Ia commune de Guerbaville,
une femme Julien fut trouvee monte dans sit
charnbre. Son cadavre élait etendu transversalement
stir Un lit, ses clieveux étaient épars ses véteinens
,
en ilésordre, déchirés et salis par la bone. Be îé-
gèieS blessures so faisaient reinarquer an cou, aux
mains et aux jambes. L'autopsie fut faite, et les me-
decins déclarèrerit quc la femme Julien avait suc-
combé a une mnort violente; qu'dlle avaitdtéémoutYCe.
Comment cc crime avait-t-iI été consoinnid ? Void
sun cc point les conjectures des honimes do ['art:
Le tneurtiier avait terrassé la femnie Julien ; en
saisiSsant do [a main gauche une poignée de cheveux
it avail fixé sun ic plauclier la tête do ceue mat-
Imemireuse puis de Is main it lui avail serré Ic con.
,
Pour conipniliser avec ses mnetubres infrieurs Ia
victilue qui devait so débattre, Ic ineurtnier ['avaiL
it avail sali particulièremcnt son tablier, et
crottée ;
etifin it S'étiit servi do cc tablier pour mi oblitérer
la houclie et Ic iiix. C'est en pressant ainsi Ic us-
blier crotté sur la figure de Ix fenimne Julien que
['assassin avait fait quelques taches de boue re-
niarqu6es plus tard sur Ic nez les sourcils et Ic
,
front de cdfle-ci.
Quel était Ic coupable ?
Depuis long-tows suivant l'aecuàation, la me-
,

sintelli gence régnait dans le ménage des époux Jo-
lien : I'ivrognerie a laquelle s'adonnait la feinmne en
était la pnincipale cause. IL était notoire pour tons
les habitans de la commune de Guerbzmville, que
Julien, pour réprimner Ic mauvais penchant de sa
femnmue, Se tivrait a son egard Ades actes de Is plus
grande violence. lit comnie on tie ses voisins liii
disait nn jour :Ta malt,'aiies trop ta femmetu,la
tueras,it avait répondu :Ce/a ne te regarde pat;
Si je ,neurs do ce/Ic mori-M, je ne !nourrai pas
d'une aulre.
Le 19 janVier Julien, avait été chez Ic sieur Buis-
son, ollicier de sauté, etlui avait dit :Je iie Juispas
content, ma femme recommence ii boire case pas-
;
sera mat, ily aura dunozweau .....Et to soir mnérne
la femimine Jutien n'existait plus bun des
! . .. té-
moms viurent déclarenque Ic 19 janvier, vers5 hen-
res du soir, i t s avaient vu Julien feriner la croisCe
de sa chambre en inurmurant. L'un d'eux allait
plus loin : it affirma qu'en passant tievant la porte
do Julien, it avail entendu celni-ci frapper sa
femiuc et liii dire:I7ieiIje soularde, altrape Fa !
Julien fut done armèté c'est sous Le poids de ces
;
charges qu'il a coinparu devant Ic jury. Sa plsysio
flouhie fl'annonçait pas la. violence ; it a entendu
les débats avec beaucoup de tranquillité, et plus
d'une lois des lannes out cook de ses yeux.
L'accusation, presefltée avec force par M. Ron-
land , substitut du procisreur-général, a &é coin-
battue avec SucèS par Me DebcImamps. Julien a eté
acquittë.

Afficher/Cacher

Afficher/Cacher