Keywords

Add keywords

casion do faire savoirqu'on a une maisonruraleque los

casion do faire savoirqu'on a une maisonruraleque los
OUVEItTUREO DU €OiIRS PUBLIC ET GRATUIT b'JIISTOIBE l'importance d'un cours que bien pen de villes possèdent lecteurs scront maitres de croire un château. Le chef de
en France , en entendant l'histoire si habilernet tracCe Cost X1. SCgiiier.
WATUBELLE. Ia compagnie dont it s'agit id ,
Ii West pas encore loin de nous Ic tems on le domaine do cc rongeur inoffensif, In castor ,auquel l'honinie fait Suit uno mention d'un buste de Charles X qui fut mu-
une chasse acharnée pour s'approprier sa fourrure , et tile et qui dit M. SCguier a probablement passe
de Ia science était pour ainsi dire inaccessible, non-seu- , , ,
lement aux classes laborieuses , mais méme a cette classe cette secretion qui , sous-le norn de castoreum ,rend des dans l'atetier du cha'ictronnier.
services journaliers Is Ia medecine.
moyenne si riche et Si forte qui atéla pépiniCre de Après heaucoup do phrases qiiimCriteraient d'être rap-
Nous félicitons M. Pouchet de l'eicellent esprit qui portCes
tant d'hommes d'élite en tout genre. Abcs les savans re- , M. SCguier termine par los suivantes , quo nous
ardaient les autres hommes comrne de maiheureux pa- dirige son enseignement, et nous aimons a reconiìaItre Ins no pouvons resistor an plaisir do citor:
services que Son cotirsa dejà rendus et doit rendre encore
rias, que séparait d'eux une distance infranchissable , et Quant a ceux qui Wont pas do procès, i s songeront
a notre populationagricole et industrielle. L'emircsse- (C t
ils avalent raison; car la plupart , occupés dlntérêts ma- qu'à cOté des archives do Ia plus belle justice humaine,
meat du public !'entendre doit payer to professeur d e
tériels, ne possédaient pas Ia condition indispensable pour pres dos ohm visitCs avec curiositC et respect it en est un
ses soins, et l'administration municipale du bon emploi ,
amliorer leur position morale. Its n'avalent pas cette qui sans Ctre feuilletC pane aux.yeux et aux ames do
qu'clle a fait et qu'elle va f tire des deniers de Ia ville , ,
chose plus précieuse que l'or pour l'homme qui vent s'itr- tons dovant qui to juriseonsulte est inspire In magis-
pour la creation et I'agrandissement do cabinet d'histôire , ,
struire : le temsleur manquait. trat affermi
naturelie. , Ic justiciable rassurC.
Les cours publics créés partout , les ouvrages élémen- Un tel ohm monsieur est trop profitable a l'or-
a )> , ,
tairés qui commencent Se répandre , les publications ii dre social pour ne pas mCriter do la considOration et Ic
bonmarché, out bien modiuió cetétat de choses, surtout ,
Au moisd'octobre dern(r1uitsnvons fait un appel a m so qu'il obtient ne fut-ce quo do l'antiquaire West pas
dans notre localit , oil l'on pout dire que depuis trois on , ,
l'industrieuse charité des dames de cette yule pour les retrograde.
quatre ans tout a change de face.
orphelines de IaI!disCriOrde, l'objet de eeL appel Ctait Ia
11 semble maintenant que l'atmosphère soiL saturée de Qu'est-ce qu'un ohm ? nous dornande-t-on. Nous avons
loter.sc fondée depuis plusienrs annCes en leurfaveur. En
particules scientifiques ; des pnètrent partout , dans les ouwert to dictionnaire et nous avoos trouvCqu'olimno
faisant conrntitre l'époque on se fera to tirage des billets,
ateliers , an fond des boutiques, dans les comptoirs du s'eniployait qu'au pluriel, qu'on disaitlos ohmpour
nous rappellerons a ces gCnéreuses bienfaitrices, qui sont designer les anciens registres du parlement qui out corn-
négociant , et s'attachent ii tout cc qu'elles rencontrent. comme les secondes mères et la providence de ces intë-
La science se fait peuple ; dIe s'abaisse an niveau de mencC en 1313. C'est done exprOs pour l'application
ressans erifans, quo eeL ingCuieux moyen de venir a four
toutes les intelligences, de toutes les positions. Cc qui qu'il on voulait faire quo M. SCguier a v466 un singulier
aide ne vit que de tours dons et de leurs travaux ; on pout ace substaritif. Pour ajoutor a
était I'apanage de quelques aristocrates de la pensée est o quo l'imge do la divi-
done Se tenir assure de lour empressernent a satisfaire aitsi
devenu In trésorcommun de quiconquesait lire. Naguère nitC a d'irnposant, M. SCguior en fait un vieux registre
an besoin de lour cur si tendreet si généreux. Beau-
encore, Ic marchand dans sa boutique eniuméc , se Un bouquin poudreux. Une métaphore de cotto force
coup de billets restent encore a placer, et nous prions les
contentait de vendre Ic plus Cher possible les matières rappelle cello do cc prCdicateur napolitain qui, voyant
personnes charitables qui Wen auraient pas reçu de s'a-
qu'il await emmagasinées ; pourvu qu'il connüt Baréme et son auditoire I'abandonricr pour polichinolle essayait do
dresser a la MisCricordè.
Ia règle de trois , c'était assez. Aujourd'hui , Ic garcon le rappeler CL s'Ccriait en brandissant Ic crucifix : Ecco
Le tirage aura lieu a I'Hótel-de-Ville, 1e28 dCcembre.
épicier, , Ic co is de comptoir, le fileur, l'ouvrier en t vero Pulcinelta (Courrier Frartcais.)
indienne participent aux bienfaits de la science.
Cominenten un si faible nornbre de jours de tels ehan-
gemens ont-ils Pu s'oprer dans notre ville ? It fant en Chroulque Politique, Chaque ministro vent aujourd'hui rCorganiser son ad-
ministration a
chercher la principale cause dans Ic soin qu'ont mis nos , l'exemple do M INI. Bernard et Salvandy:
professeurs municipaux it débarrasser la science de cc (Eitrait des journatix et de notre correspondance de Paris d'hiet.) I c'est une manière comme une autre de laisser un souve-
qu'elle a de trop sóvère pour des hommes inaccoutumés nir do son passage dans une grande administration qu'on
On lit aujourd'hui dons leJournal des I)ëbatsune
. a son langage , ii montrer des applications directes et boulevorse souvent dans l'intCrOt do l'amour-propre on
lettre, tout an moms fort bizarre, de M. to premier prC-
continuelles des vérités qu'elle enseigne , Is piquer de plus du nCpotisme. Toutefois on pourrait croire qu'au moms
sident Séguier , touchant la reintegration du Christ de ,
en plus la curiosité des esprits les plus légers, et a faire on a cherché àjustifier eotte prCtendwe rCformo par des
Jean de Bruges darts la premiere chambre de la cour
naitre chez eux le désir de pénétrer plus avant dans to economies par des suppressions d'emplois inutilcs on
royale. Ce Christ await disparu dans les orages de la ré- ,
vaste champ des &udes positives. Aussi voycz la foule do sinCcuros etl'rontCes. 11 Wen a pas &6 ainsi et dans
volution. Lors de l'invasion de l'Espagne , dit M. SC- ,
gui encombré les amphithéâtres de physique , de chimie, los deux ministères rCorganisCs it y aura augmentation
guier, , Bonaparte, cet homme de haute intelligence, IC- ,
d'histoire naturelle! H y aqnelquesjours , nouspouvions do dCpenses sans ulilitC pour to service. An ministère de
F's gislateur et conquCrant , avait trouvi convenablede
a peifle trouver une petite place pour entendre lecons la marine qui a 40r6organis6 to ministi-c West bien
faire reparaitre Ic symbole do la religion dans le premier , ,
de MM. Person et Girardin ; mardi dernier, nous con- garde do toucher aux Crnoluaons do quolques places dont
tribunal de France. o Un insensC ayant dit alors : Quo
templions avec autant de plaisir cette masse serrée et corn- le titre soul est un probiCme et un ridicule. Mais nulic
voulez-vous faire do Ce pendu 2M. SCguier lui rCpon- etC ,
pacte d'auditeurs devant laquelle M. Pouchet ouvrait part, il n'a question do supprimer on do diminuer
dit: Monsieur, nouscroyons on Dieu, rCponse qui suf- l'Ctat-major des cabinets particuliers des ministres : or,
son cours de 200logie. fisait , sans qu'il se crut oblige d'ajouter : Il est bon qile
Faire connaltre les caractères, les murs des animaux coux do i1M. MoIC et Montalivet cnutent souls a l'Ctat
nous reconnaissions publiquement qu'il est un juge au-
qui nous entourent , apprendre les services qu'ils peu- plus do cent cinquante mille francs par annCe.
dessus de nous, reconnaissance qui aliait d'elle-mCme , of
vent nous rendre , les dégâts qu'ils occasionnent on les t,-. (Le Siêcle.)
(liii fnrmii1 ainsi - rpsq.h1o m t rio , 1
dangers dont it nous menacent, tel est l'objet principal - 'r ---- -- - ,.
slon de ceux qut veulent bien avouer qu'il faut une reli- - I.--- - , - --- • r "
du cours quo M. Pouchet se propose de faire cot hiver.
gionpour In peuplo. Suivant M. SCguier
, Ic Christ do M. Guizot West plus an rniuistère mais ses doctrines
Certes, On pareil champ d'ëtudes otire par lui-mme un Jean do Bruges ,
intért assez piquant pour qu'il soitpermisd'aMrwcr , on reparaissant dans la premiere cham- y fleurissent toujours ; to zèle do to presse ministCrieue
bre, a CtCrenduk sadestination judjcjajy-e tend mCme It lesdCpasser. Elle ne so contènte plus do
verte on cmur sur le devant, et qili laissait voir une che-
dicules bernCs , tons les vices appuyCs el protCgCs comme du verho actif an verbe passif, et toutes los voix interpel-
misçtte brodée et garnie d'un jabot is gros tuyaux ; frères. Quevoulez-vous ! onest jeune et presse de vivre, Ièrent, en mOme tems, Ic hCros maiheureux.
Ire await tine robe de velours qui tranchait avec les orne- Ic win de Champagne frappC cache des flammes secretes
— Mon pauvre Achille, tu soras done toujours un
mens de sa chevelure et tin boa blanc s'enroulant autour soils son convert de glace
, los tCtes se montent et bouil- chevalier errant?
du con; Ia troisièie avait on camée an front et un sent lonnent les femmes ont des regards plus provocans
, , Ia — Chevalier do la triste figure.
bracelet d'or mat an bras en forme de fer a cheval. Les unit a sos inspirations ; tout joune homme qui soupe ost
- Don Quichotte do carrefour.
jeunes gens reproduisaient assez exactement les figures et incrCdule , sceptique athCe ; it trompe sos maitresseset - Vous verrez quo c'est l'aile du moulin C vent qui
, a
Jes costumes du journal des modes; enfin , pour complé- jotto sos crCanciers par Ia fenêtre quitte a croiro en lui aura fait l'mil uno hCrolque contusion.
ter Ic tableau, on voyait, suspendus aux patères, des Dien to lendemain et a ,
Wa- payer ses dettes s'il est possible. - J'ai etC battu, dit gravement Achille, contre tnutes
ter-proof , espèce de palletots que nos el6gans out em- Marie elle-même commençait Ii se ressentir do l'incan- los règles du droit commun, sans avertissement prea-
pruntés aux matelots , des palatines armées de fourrures, doseence universelle : ses cheveux tombaient en longs an- lable.
etdeux manchons en velours brods on plumets : arse- rieaux sur ses pommcttes et faisaient ressortir par lour - Est-ce Uflcoup de boutquo In as recu ? domanda
nal de coquetterie sans harmonic et sans ordre , exagé- ombre l'éclat des yeux et los teintes rosCes du front ; dIe Un convive, tout for do connaitre la longue de la gym-
ration évidente de veritable luxe , bagage de hasard qui s'etait montée avec une facilitC merveilleuse an ton de nastique des rues.
faisait penser involontairement a l'arrière-boutique d'une a
Ia conversation, et chaque mot qu'on liii adressait elle — On unedariole,observa nfl second.
a in toilette. ,
revendeuse ripostait avee sang-froid et precision: Achillo Cleva son verre It la hauteur do sa bouche, et
. It ne tietdrait qu'à noes de décrire les dillérentes pha- -- Un verre de champagne, ma petite, ltd dit tine des vidant d'un trait
ses de cette orgie nocturne, de reproduire on beaux termes trois femmes quo nous avons dCcrites, et cello qui parais- - Sur to verre do champagne que je viens do boire,
Ic cliquetis des verres , le tumulte des opinions et des sait avoir In plus d'importance; et expliquez-nous main- dit-il, je jure que je prendrai tine revanche Celatante.
plaisanteries Se heurtant entre dies , comme des javelots tenant votre histoire. - Nevous 'yfiez pas, ditMaria; Franco1sjCtallier
dans une Wide, l'épanouissemcnt successif des figures
— Pas do questions, dit Achille de Reynac : mademoi- — Vous savez son nom ? intorrompit Achille.
s'êchauffant par degrés et aboutissant a une expression selle est venue sous ma protection, ctjo ne soutlrirai pas Malgré to sureroit d'audace quo to yin de Champagne
générale de gaité rayonnante. Quelle admirable matière a a son
qu'on Se permette une indiscretion son Cgard. await ajoutC audaco naturolle, Maria hCsita quel-
a descriptionque cette Conversation mille fois brisée et a
— Troubadour! continua Clarisse, en regardant Achille ques instans avant de rCpondre cette double interpella-
renOuéemille tots! Des sajiliesbonnes on mauvaises, mais d'un air railleur ; rnais, n'cst-ce pas, ma petite, quo vous tion.
: tpujoUrS dues avec aplomb et écoutées avec indulgence, voulez bien iious dire In mot do l'enigme ? Si vous saviez Jo propose un toast, dit tin des conyives,
— It notre
Ic cyniSmetrige en doctrine , 1'incrédulitI professée han- combien ilous aimons les rebus! Allons, uno confession ami Achille, et an courage malheureux
a
tement , l'oubli et e mépris de toutes choses fièrement bien franche ! de femme femme, it n'y a pas do secret. -.- AcceptC ! crièrent toutes Ins vojx.
proclaméS, tons ces sujets de causerie qui occupeot les . Done,, monsieur ( Achille, laissez-moi achever
se hat- : Ainsi, vous connaissez'ce Francois LCtallier? ro-
desuvrCs , puisés tour-a-tour, , lesbrujts de Ia littéra tait. ) —
.. prit Clariste, qurne perdatpas tic vue l'hjstoire qu'elIe
tore et du monde commentés sans souci de la vérité et It Ctait battu, dit Maria. espCrait.
Un éclat de nrc gCnéral accompagna cette transition Jo Ic connais, dit Maria; cet homme
tinmensonge , tous les scandales mis an jour, tons les ri - — Elie s'ar-
rêta. . . .

l'avance que les lecons du professeur seront avidement
entendues. Mas cc qui no laisse aucun doute it cot égard,
c'est to talent et l'habiletó remarquables avec lesquels M.
Pouchet dirouk to tabteat des beautësde cette science
quo ButTon, Larnark etCuvier out su rendre si populaire.
Exposant avec clarti et sans l'emploi deg termes scienti-
tiques, trop ouvent inintelligibtes , les caractèrcs cliffl-
rentiels :les classes ,, des ordres , des families et des
genres du règne animal , M. Pouchet insiste sur tout
avcc raison sur los espèces qui fournissent ii l'hornme des
produits precieux , qui to secondent dans ses travaux on
lui prtant lour force on leur intelligence , on qui , par
leurs habitudes dépndatrices , menacent ses récoltes on
rnme mettent sa vie en danger. Quoi de plus curieux que
l'histoire du chamean , du bouf, , du cheval , ces animaux
quo Ic genie de l'homme a su dresser dans tons les cli-
mats a tEnt de travaux divers? Quoi dé plus intêressant
que ces mrnurs des baleines et des autres poissons dont la
pêche entretient l'aetivité de riotre marine marchande?
Qui ne sera charrnë d'apprendre les habitudes de ces in-
sectes que lour petitesse protege , et qui malheureuse-
ment sent tropsouvent des ennemis bien plus redoutabies
que les gros animaux dorit Ic nom sent inspire la crainte?
Cc puceron lanigerqui a d6soW nos vergers normands,
cette pyralede la vigne , qui a caus6 cette annie taut de
dgts aux vignerons du Mâconnais; cesbostrychins,qut
dévastent les belles forêts de la Germanic, qui ne voudra
connaitre lour organisation , teur mode de propagation,
pour arriver par Ui aux moyens do les d&ruire et de neu-
traliser leurs redoniables effets?
C'est une belle science, c'est surtout une science utile
quo celle qui nous initie a toutes les merveilles de Ia
creation et nous donne les moyens de régner en maitrcs
souverains sur tout cc qui a vie a la surface du globe. Utiles
a l'industriel , an comrnerçant , It l'agricultour, , an me-
dcciii , les leçons de M. Pouchet ont cc double avantage
d'instruire Ct d'amuser. Les personnes qui assstaient
comme nous a celle de mardi dernier out 0 apprCcier

La destination judiciaire d'un Christ! Dieu rapetissC
aux proportions dun juge, parce qu'on l'enferrne dans
l'enceinte J'un tribunal! Lorsqu'iI est placC thins tin ho-
pital, a-t-il done une destination mCdicale ; dans on con-
vent u Line Cglise , une destination sacerdotale ; datis la
salle d'un conseil de guerre, prendrait-il uric destination
inilitaire ? Quelle id(-,e d'appliquer a celul dorit to pouvoir
est sans homes Ia destination spCciale du lieu on on Ic
place! Nous ne trouvons pas plus do conveiiance dans to
langage do M. SCguier 'Or' it dit : o Le Christ do La
>) Vaquerie, do Hariay, de MoiC, do SCguicr, de celui-IN
), qui faisait des reiiiontranccs contre Ic projet d'Ctablir
)) l'inquisition on France a redeinandC sa prCrogatiwe
, a restituer a
, Cmiuemment sociale, et Jo n'ai pas hCsitC
l'imago de Dien la place qul Ini appartient.
,
Le Christ de La Vaquerie, do ilarlay, do Mo1C , etc. a
ui-I plus beau titre que cola : c'esl qu'il est to Christ do
tout to monde, cc qui vaut mieux quo d'être le Christ do
queiques magistrats, memo lorsqu'un SCguior est du
nombre. S'iI regardait l'instaiiation de son image dans
un tribunal conime uricprórogatioe sociale,II UC I'aurait
pas demandéeà M. SCguier, dequi it ne depend pas do
faire placer une image sacrCe même dans un tribunal qu'il
preside ; it se serait adressC an gouvernemont, a qut soul
appartient cette prOrogative, sociale on non , dont to pre-
truer président s'adjuge los hotineurs.
M. SCguier, du moms , no dCsavoue pas to penchant
qn'il avaiL on pour Ic chef do l'euipire avant do s'C-
prendre de zCle pour la rostauration. On await placC en
face du Christ l'image de Napoleon. Cc tableau,qui n o
pouvait étre partagé , cornme In fait observer très-judi-
cieusonient M. SCguier, a dt recuejiti aVi3C hosneur par
le chef de la coinpagnie dans son habitation rurate.
II est toujours fort honorable do recueillir les grancleurs
dCchues, memo quand on a no hOtel a Paris, &i on no
juge pas a propos do Ics placer, parce quo lour presence
pourrait Ctre compromettante ; cola offre d'ailleurs l'oc-

la quasi-lCgitimitC , dIe s'avance jusque dans la légitinj
4vant-hier tin des interprèies les plus r
, 6 pandai du
ust i, cabinet coritenait ces paroles an moms Ctranges so
gouvernenv'nL do juillet : II n'y a que Dieu qui faue
los rois ; Dieu los fait le tems los sacre.
,
Aujourd'hui
, laQuotidienues'emparo avec avan11
do ces paroles.
ec Cc principe est &air, rligieuz dit cette feuille ;
1 mais daiis los royautds amies du journal hPresse,
0 it nous parait pas possible den rencontrer que
0 I)iCU ait faite. Nous avon's beau chereher to trot
), divjru et In main do Dieu dans l'origine de certains
ti-does. Si Dieu fait les rois
)1 , it fait les families royales,
etapparemment II n'a pas donuC aux homones le droit
,) do les dCfaire. o
Toutes ecs objections sont logiques , et nous ny Coyoa
pas Ic bonne reponso possible do Ia part des thCorieieus
qui los ont inspirécs. Mais it n'cn est pas moms ins-
tructif do voir certains soi-disant dCfenseurs de I'orda
Otabli fournir ainsi des artnes a
la lCgitimite , professor
des rnaxisnos subversives do la lCgislation sur laquelle le
trOne ost fondC, et nior Ic principe de la loi qui icterdi
toute atteinte aux droits que to roi tient Cc la volouté
do la nation. (Commerce.)
SI,-

Los invitations a diner ri'attendcnt pastotijours I'ar.
a
rivCo des dCputCs Paris ; souvent elks Ins y denau
cent et plusieurs mornbres do is. nouvelle Idgislature
qui avaient pris toutes les precautions d'un mysttrieux '
incognito
, out etC trahii par cette surprise dune poi.
tesse aussi prCvonante
; it parait mCme qu'on a deinandé
to concours do la police pOUt avoir aux bureaux desms-
sageries des reusoignomons plus sftrs el des informations
plus oxactes
.
La conciliation semble compter beaucoup stir los dine!!
pour fortifier son système , et d'après les avis on les ins-
tances do M. Mold, on a iCsolu, an risque mênied'm
suyer dos refus , de transiger avec d'anciennes réo.
gnances qui avaient jusqu'ici commandC plus d'uneen-
elusion. An dcrnior diner du château oC l'on conuptait
nfl certain nombre do dCputCs, it Ctaitfacile d'apercesoir
Co changement dans to sons du principe conciliateuretde
Ia toiCranco. La conversation a etC fort pen politiqnt,et
l'on a remarquC surtout in rCserve d'un auguste person "
a mu ancien dCputé de sa dt- riage qui a CvitC do parlor
convenuo rCconte au scrutin electoral : it n'a voulu vOiC
a des questionS
on lui quo I'acadCmicien , pour s'en tenir
purement littCrairos. (Le Siéele)
II règno tone assez vivo anxiCtC an château, 00 l'on eraint
l'arrivCe subite do M. SCbastiani qui n'a pas l'habitude
,
do demander ties congés pour quitter son , ambassade de
a
Londres. M SCbastiani surveillC garde a vue Jiert-
. , ,
ford-house , a fait demander la permission do yOur
, a Louis Phi -
souhaitor la boone annCe , suivant l'usage -
lip pe et a sa famille. On I'a dispense do cette politeSSe
en allCguant la nCcessitC de Ia presence de l'ambassadeo'
a Loudres, on Yon saiL qu'elle est absolument iflUt11.
Mais on assure que Ic motif invoqué par
pour so rendre a Paris West qu'uri prCtexte. La ROUCOIIO
do la promotion du gCnCral ValCe, nomm6mate0t,0
provoque la colère do M. SCbastianiqui so croit tOUJOUI°
no grand general malheureux mCconnu et persécuai
, to blton de mi
et a qui on promot , depuis sept ans
rCchal de France ; depuis sept ans on l'engae to 9 OU '
a attondre la premiere vacarace assurant qu sine
, on lui
sera fait aucune promotion avant la sienne- Or, i'amb3
sadour fulmine en cc moment les reprocbes dingratitUd1
d'injustice , et l'on craint an château quo loscoflipi°°°
de bonne année du lerjaoavierde l am ba53Od0U1r cc
rossontent de cette fãcheuse disposition. On prefèreS'°
tour a ceux do MM. Pasquier et Seguier de
leurs idCeS ne , so ill
on n'a pas la plus petite inquiCtude ,
, mais dies sont si douces ! Ce qui plait pols Liès-fraiches
d'ailleurs, West-il pos toujours nouveau P
-4..---- II-
Au nombre des personnes qui out éte reCiJes par
to due do Nemours In bulletin de l a cour cite M. l'ar
, arri tile 0'
chevêque do Paris , los gCnCraux Pajol et D
La sante du prince est aussi satisfaisante quo 1` 011 P"'
Ic desirer
—.._----
Lo Journal des Débatsse croit oblige, aujourd"
do consacrer un article a dCrnentir los i t,
seiil osbi
rCpandus do la dCsuniou qui règfle dans to S
net ; mais los termos do cette declaration sent
qu'ilS dCrn0ntr0ntu
droits on si bien combiuCs ,
traire do cc qu'ils out l'air de vouloir pro uvor jourpal
quiconnaissent los habitudes deuCes de l'aflc
de t'Empiresou article pourrait bien
ressante perfiIie. -
- Quoi .... demanda Achille, aCCefltt Iofli
mont son monosyllabe mnterrogatif. Ia
! s'ecria Cel
.- L'imbCcille qul no comprend pas
petite des trois femmes. Quand une femme
lionime. . avoc plusieurs points an fl1
. .
signifie : cet homme nu'a sCduite, perdue
cela signifie tout sinuIem0fh
an café Anglais ,
homme est moo amant. trompe, djtClar0do
— Et probablement ii YOUS
enait fari'
Ces hommes, dit la jeanne femme qui v
- a Ia rèti0060C 01
nor un ingCuiieux commentaire
Si oc000r
i t s sont tons los mêrnes qul sentait
L'infme murminra Achi1l tr
— , ,
sa figure Ic poing pesant do son adverSaj
les femmes comiTie avec los hornmes ! Cerlaifbuen
vengerai!
— Et moi aussi, dit Maria en vidant son fl°1
avait fait Achille quclques instaflS auparan
.
je me vcngeraP. rois
— . la-fois lest
Bien parlC ! crièrent A - Vanes on -
— Bien pariC ! repCteront los trots
laviCs I L,11
—Vengeance! ditAchillO, toUtO veil
Ce, c'cst I'espCrance, c'cst to boflhCUF :jern°
Lexistcnce eiltiCrc flC5
vcngeS, . 0iger Clani
On Se vcno. .
conjugaison du ver%o très_perso0I se an a
— Ft quel est cc Francois Létallier ?
IIfl c et
quelque malotru j'eu suis A re , See
, a .'
dine ii vingt-deux so us et dCjeOñ0 an P
—Un malheureu, dit un coflYi, qui p:°
a seize francs
- Et des chapeaux de soie!
- Et des socqucs on hiwer!

Afficher/Cacher

Afficher/Cacher